Zolar voit un investissement de 23 millions de dollars d’Ecosia

La startup de technologie verte Zolar a reçu un investissement de 23 millions de dollars d’Ecosia, alors que le moteur de recherche axé sur l’environnement appelle d’autres entreprises européennes à suivre ses traces et à réduire leur dépendance excessive aux combustibles fossiles. Il se trame quelque chose à Berlin. En particulier dans la manière de mettre les systèmes photovoltaïques entre les mains des consommateurs résidentiels.

Zolar, Enpal, Solytic, Sunhero, tous basés à Berlin. Ayant déjà investi 7 millions de dollars dans les énergies renouvelables qui permettent de créer 200 % de l’énergie dont elle a besoin pour alimenter ses recherches et ses centres de données, Ecosia, également basée à Berlin, va encore plus loin avec un vote de 23 millions de dollars. de confiance dans le facilitateur d’installation de panneaux solaires Zolar.

Tracée sous les projecteurs avec l’invasion de l’Ukraine par la Russie, la dépendance de l’Europe vis-à-vis des approvisionnements énergétiques à base de combustibles fossiles n’est plus une situation de « si ce n’est pas cassé, ne le répare pas », et l’injection de capital d’Ecosia vise à accélérer considérablement l’adoption de l’achat ou de la location d’un système photovoltaïque à partir de 54 €/mois. « Nous avons calculé que si nous couvrions chaque toit en Europe avec un système photovoltaïque, nous pourrions compenser ensemble les émissions de CO2 de l’Espagne, de la France et de l’Italie. Cela montre à quel point une contribution significative à la protection du climat est possible lorsque la grande majorité participe », a commenté le PDG et fondateur de Zolar, Alex Melzer.

Pour replacer l’investissement d’Ecosia dans son contexte, une conséquence involontaire de l’agression du gouvernement russe a été la paralysie de l’économie. Alors que BP cède sa participation de 20% dans la société gazière russe Rosneft avec une perte de 25 milliards de dollars, il n’investit que 5 milliards de dollars par an dans les énergies renouvelables. Ecosia fait valoir que si les entreprises mondiales devaient investir le même montant que BP est prêt à annuler en une seule vente, la trajectoire actuelle de la crise climatique serait très différente.

« Pendant trop longtemps, nous avons dépendu des combustibles fossiles pour l’énergie malgré les avertissements croissants des climatologues. Cela ne devrait plus être une option, non seulement pour la planète mais au nom de la crise géopolitique en Europe. Les pays doivent reconnaître et tirer parti de la liberté que l’énergie éolienne et solaire offre à leurs citoyens en permettant qu’elle soit facilement disponible localement », a commenté le directeur de l’exploitation d’Ecosia, le Dr Wolfgang Oels.

« Il n’y a aucune excuse pour l’inaction maintenant ; les entreprises, les pays et les citoyens doivent intensifier et passer aux énergies renouvelables.