Les sites Web deviennent-ils plus rapides ? De nouvelles données révèlent des résultats mitigés

Les temps de chargement des sites Web s'améliorent progressivement, mais une nouvelle étude montre des écarts significatifs dans les performances entre les sites et les régions géographiques. L'étude de la société de surveillance Web DebugBear a examiné les données du rapport sur l'expérience utilisateur Chrome (CrUX) de Google, qui collecte des mesures du monde réel sur des millions de sites Web.
« Un site Web moyen prend 1,3 seconde pour charger le contenu de la page principale pour une visite moyenne » indique le rapport, en utilisant la métrique Largest Contentful Paint (LCP) de Google pour mesurer le moment où l'élément de contenu principal devient visible. Bien que ce temps LCP médian de 1,3 seconde représente une expérience raisonnablement rapide, les données montrent un large éventail de performances de chargement :

  • Sur 25 % des sites mobiles, les visiteurs doivent attendre plus de 2,1 secondes pour que le contenu principal apparaisse
  • Pour les 1 % des sites Web les plus lents, même le chargement moyen d'une page prend plus de 5,7 secondes sur mobile
  • Les 10 % de sites Web les plus lents font que 10 % des utilisateurs attendent plus de 5 secondes pour le LCP sur mobile
  • Près de 1 % des chargements de pages mobiles prennent près de 20 secondes avant que le contenu principal n'apparaisse

« Même sur un site Web rapide, un certain pourcentage de pages vues sera lent », indique l'étude. Continuez à lire pour approfondir l’étude afin de comprendre comment la vitesse de votre site Web se compare à celle des autres.

Divergences de vitesse du site

Les données révèlent des divergences de vitesses entre les différentes expériences utilisateur, appareils et emplacements géographiques :

  • Les sites de bureau (LCP médian de 1,1 seconde) se chargent plus rapidement que les sites mobiles (1,4 seconde)
  • Alors que 25 % des chargements de pages mobiles atteignent LCP en moins d'une seconde, 10 % prennent plus de 4 secondes
  • En République centrafricaine, un LCP mobile typique est de 9,2 secondes (75e percentile)
  • La Suède, la Slovénie, le Japon et la Corée du Sud avaient tous des LCP mobiles du 75e centile inférieurs à 1,7 seconde

« Les différences dans les connexions réseau et la vitesse du processeur des appareils signifient que les visiteurs de différents pays expérimentent le Web différemment », note le rapport. L'étude a également révélé que les sites les plus populaires sont plus rapides, le LCP médian sur les 1 000 premiers sites étant de 1,1 seconde, contre 1,4 seconde pour les 10 millions de sites les plus importants.

L'amélioration constante se poursuit

L'analyse de DebugBear montre que les sites Web sont devenus progressivement plus rapides sur tous les types d'appareils au cours des dernières années, malgré les variations. Une amélioration similaire a été constatée pour d’autres mesures de chargement, comme First Contentful Paint. « Bien que les modifications apportées à la définition du LCP aient pu avoir un impact sur les données, la métrique First Contentful Paint – qui est plus stable et bien définie – s'est également améliorée », indique le rapport. Les gains pourraient être attribués à des appareils et des réseaux plus rapides, à une meilleure optimisation des sites Web et à des améliorations du navigateur Chrome. La principale conclusion de l'étude est que « la vitesse des pages s'est constamment améliorée ». Cependant, il a également mis en évidence le large éventail d’expériences en 2024. Comme le résume DebugBear : « Une visite typique sur un site Web typique est rapide, mais vous visitez probablement de nombreux sites Web chaque jour, certains lents et d’autres rapides. »

Pourquoi SEJ s'en soucie

Cette étude propose un check-in annuel pour voir comment le web progresse en termes de performances de chargement. Ces dernières années, Google a mis l'accent sur les temps de chargement des pages et ses métriques Core Web Vitals pour mesurer et encourager de meilleures expériences utilisateur. La vitesse joue également un rôle dans les classements de recherche. Cependant, son poids précis en tant que signal de classement est débattu.

Comment cela peut vous aider

Les professionnels du référencement peuvent utiliser des études comme celle-ci pour plaider en faveur de la priorité à la vitesse des pages au sein d'une organisation. Ce rapport souligne que même les sites les plus performants ont probablement un segment de visiteurs atteignant une vitesse inférieure à la moyenne. Référez-vous à l'étude comme référence pour déterminer comment votre site se compare aux autres. Si vous ne savez pas par où commencer, consultez les temps LCP dans le rapport sur l'expérience utilisateur Chrome. Si un segment dépasse largement le seuil de 2,1 secondes pour mobile, comme le souligne cette étude, il peut être intéressant de donner la priorité aux efforts d'optimisation front-end. Segmentez les données de vitesse de votre page par pays pour les sites ayant une audience internationale. L’identification des points faibles géographiques peut éclairer la budgétisation axée sur les performances et les stratégies CDN. N'oubliez pas que vous ne pouvez pas le faire tout seul. L'optimisation des performances est un effort de collaboration entre les référenceurs et les développeurs. Image en vedette : jamesteohart/Shutterstock

Tags: