Meta verrouille les personnes qui n’ont pas réussi à activer le programme Facebook Protect

Facebook verrouille les personnes qui n’ont pas activé le programme « Facebook Protect » et les utilisateurs se plaignent que cette société a envoyé un mystérieux e-mail de type spam qu’ils ont ignoré pour des raisons de sécurité. Plusieurs utilisateurs de Facebook se sont rendus sur Twitter, se plaignant de la notification de type spam dans un e-mail intitulé « Votre compte nécessite une sécurité avancée de Facebook Protect », qu’ils n’ont pas ouvert en raison de problèmes de confidentialité. « J’ai été bloqué de Facebook indéfiniment aujourd’hui parce que je n’ai pas répondu aux e-mails de FB (qui ressemblaient à une arnaque) concernant son nouveau système Facebook Protect, que je devais activer aujourd’hui.

Jusqu’à présent, le texte et la clé de sécurité les options ne fonctionnent pas, beaucoup rapportent », a tweeté un utilisateur concerné vendredi soir. L’e-mail de Facebook indiquait aux utilisateurs qu’ils devaient activer la fonction Facebook Protect avant une certaine date, sinon ils seraient bloqués sur leur compte. Selon le réseau social, Facebook Protect est un « programme de sécurité pour les groupes de personnes les plus susceptibles d’être ciblés par des pirates informatiques malveillants, tels que les défenseurs des droits de l’homme, les journalistes et les responsables gouvernementaux ».

La première date limite était le 17 mars et maintenant, plusieurs personnes sont bloquées sur leurs comptes Facebook. Certains ne peuvent même pas entrer même s’ils ont activé la fonction. « Cher @FacebookApp : Votre nouveau Facebook Protect, que je n’ai pas demandé, continue de m’envoyer un code de vérification à deux facteurs identique, qui continue de ne pas fonctionner.

Je suis maintenant effectivement bloqué sur mon compte. C’est une sécurité renforcée ? Je suppose que je vais passer plus de temps sur Twitter », a déclaré un autre utilisateur dans un tweet. Certains autres utilisateurs se sont plaints de ne pas pouvoir terminer le processus d’activation même avant la date limite et sont donc effectivement bloqués sur leurs comptes.

« Ce truc de protection de Facebook est tellement ennuyeux parce qu’il ne me permet pas de l’activer et j’ai besoin de Facebook pour le travail, donc j’espère vraiment que Facebook corrige le code stupide », a déclaré un utilisateur concerné. La société n’a pas encore commenté l’envoi de notifications de type spam sur Facebook Protect. –IANS na/ksk/(Seuls le titre et l’image de ce rapport peuvent avoir été retravaillés par le personnel de Business Standard ; le reste du contenu est généré automatiquement à partir d’un flux syndiqué.

)

Cher lecteur,

Business Standard s’est toujours efforcé de fournir des informations et des commentaires à jour sur les développements qui vous intéressent et qui ont des implications politiques et économiques plus larges pour le pays et le monde. Vos encouragements et vos commentaires constants sur la façon d’améliorer notre offre n’ont fait que renforcer notre détermination et notre engagement envers ces idéaux. Même en ces temps difficiles découlant de Covid-19, nous restons déterminés à vous tenir informés et à jour avec des nouvelles crédibles, des opinions faisant autorité et des commentaires incisifs sur des questions d’actualité pertinentes.

Nous avons cependant une demande. Alors que nous luttons contre l’impact économique de la pandémie, nous avons encore plus besoin de votre soutien, afin de pouvoir continuer à vous offrir plus de contenu de qualité. Notre modèle d’abonnement a reçu une réponse encourageante de la part de beaucoup d’entre vous, qui se sont abonnés à notre contenu en ligne.

Plus d’abonnement à notre contenu en ligne ne peut que nous aider à atteindre les objectifs de vous offrir un contenu encore meilleur et plus pertinent. Nous croyons en un journalisme libre, juste et crédible. Votre soutien à travers plus d’abonnements peut nous aider à pratiquer le journalisme auquel nous nous sommes engagés.

Soutenez un journalisme de qualité et abonnez-vous à Business Standard. Éditeur numérique