Des groupes malaisiens ont lancé une cybercampagne pour spammer et bloquer les comptes israéliens pendant le conflit de Gaza : rapport

Un homme tient un ordinateur portable alors qu’un cybercode est projeté sur lui sur cette photo d’illustration prise le 13 mai 2017. Photo : REUTERS/Kacper Pempel/Illustration
Au cours du conflit du mois dernier entre Israël et le groupe terroriste Hamas, un certain nombre de groupes anti-israéliens malais ont mené une campagne massive sur les principales plateformes de médias sociaux et de messagerie pour spammer agressivement du contenu pro-israélien et tenter de suspendre ou de bloquer des comptes, selon un rapport réalisé par le Meir Amit Intelligence and Terrorism Information Center (ITIC) basé en Israël.
Les efforts ciblaient des milliers d’Israéliens, y compris des personnalités telles que l’ancien Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu et l’actrice israélienne d’Hollywood Gal Gadot.

Selon le rapport du 1er juillet, ils étaient dirigés par un réseau d’organisations malaisiennes anti-israéliennes avec une exposition en ligne de centaines de milliers de vues et d’adeptes. Les groupes ont diffusé des instructions méticuleuses aux adeptes sur qui cibler, comment et quel contenu utiliser, en utilisant deux tactiques principales – harceler et troller des comptes pro-israéliens, et tenter de les suspendre et de les bloquer.
« Ces attaques ont porté atteinte à la liberté d’expression de plusieurs milliers d’Israéliens et de pro-israéliens qui voulaient partager leurs sentiments et points de vue légitimes sur la situation en Israël pendant l’opération, sans aucune intention de violence ou de racisme », a constaté l’ITIC.

« Ces attaques illustrent (une fois de plus) le manque de responsabilité réelle des plateformes de médias sociaux envers le public de leurs utilisateurs, et le besoin urgent d’actions proactives et globales de leur part, afin d’assurer une utilisation sûre et appropriée. »
L’un des groupes malais identifiés dans le rapport est Cinta Syria Malaysia (CSM), une ONG comptant quelque 300 000 adeptes qui s’occupe de l’aide humanitaire aux Syriens mais qui a récemment été active dans l’activisme pro-palestinien. Sur son compte Twitter, CSM a fourni des instructions sur la façon d’attaquer les pages israéliennes.

Dans une nouvelle chaîne Telegram appelée « Team Suspend Twitter », un autre groupe malaisien a fait campagne pour un effort coordonné visant à suspendre les comptes pro-israéliens sur Twitter en attaquant par force brute un compte cible avec plusieurs faux mots de passe, puis en signalant le compte comme piraté.
L’ITIC a montré que des hashtags pro-israéliens comme #IsraelUnderFire, #IsraelUnderAttack étaient utilisés pour identifier des cibles. L’un des principaux hashtags utilisés par les groupes malaisiens était #IsraelKoyak – utilisant un mot malais qui signifie « déchiré » ou « déchiré », mais qui est aussi une insulte d’argot.

Au cours des 11 jours d’hostilités à Gaza, ce hashtag a été mentionné plus de 557 000 fois sur Twitter uniquement, avec une portée potentielle de plus de 251 millions, selon le groupe de réflexion israélien.
Le rapport a indiqué qu’il restait la possibilité que des robots ou des services de paiement par commentaire aient également été utilisés, bien qu’il ait noté qu’il n’avait vu aucune de ces indications.
Le mois dernier, un groupe de piratage malaisien se faisant appeler DragonForce Malaysia a annoncé via sa chaîne Telegram qu’il avait piraté un système de réseau de recrutement universitaire en Israël et volé les informations personnelles de centaines de milliers d’étudiants israéliens.

Les informations, y compris les noms, numéros de téléphone, adresses e-mail et adresses personnelles, ont été divulguées en ligne, puis utilisées par des abonnés pour harceler les téléphones des Israéliens sur WhatsApp et pour tenter de bloquer leurs comptes.
« Les attaques massives et agressives contre les comptes pro-israéliens lors de l’opération à Gaza démontrent le pouvoir des musulmans anti-israéliens sur le Web », a conclu le rapport de l’ITIC. « Les résultats de la recherche indiquent qu’il existe un vaste et puissant réseau de groupes et d’organisations anti-israéliennes en Malaisie, qui devrait faire l’objet de recherches plus approfondies pour ses liens avec la campagne en cours pour délégitimer Israël, également connue sous le nom de DLG.

»