Chronique : Commentaires de Netflix sur les réseaux sociaux

Les producteurs et réalisateurs de films sont toujours à la recherche des tendances actuelles pour faire un film. En conséquence, Netflix a commencé à faire des documentaires sur l’influence des médias sociaux, car ils deviennent de plus en plus présents dans la vie quotidienne.
Avec des degrés de qualité variables, ces films tentent de donner un sens au média social virtuel Wild West qui a émergé au cours des 10 dernières années.

En expliquant tout ce qui se passe dans les coulisses, ils sont en mesure de montrer aux téléspectateurs comment cette frontière sans loi a influencé des questions plus vastes – la culture contemporaine, les libertés civiles et l’intégrité électorale.
«Fyre», un documentaire Netflix sorti en janvier 2019, raconte l’histoire du désormais tristement célèbre Fyre Festival, un festival de musique frauduleux aux Bahamas. L’objectif principal du film est de faire la chronique de la préparation du festival et de son éventuel affrontement.

Cependant, sa conclusion est que le festival n’aurait jamais pu avoir lieu sans les médias sociaux promouvant le style de vie des influenceurs qui a pris le monde d’assaut. En effet, le festival a été commercialisé par des influenceurs de haut niveau comme Bella Hadid, Emily Ratajkowski et Kendall Jenner, qui ont été payés par les organisateurs pour le promouvoir.
Billy McFarland, le fraudeur maintenant reconnu coupable du festival, a pu vendre un événement qui, en théorie, capturerait l’essence de ce style de vie.

Le film conclut que ce style de vie est similaire au festival Fyre lui-même – un placage brillant qui favorise un mode de vie somptueux, tout en dissimulant des promesses creuses.
Netflix a également publié «The Great Hack» plus tard cette année-là, qui décompose le scandale des données de Cambridge Analytica, où le cabinet de conseil politique éponyme a récolté illégalement les données de millions d’utilisateurs de Facebook. Ces données ont ensuite été utilisées par la campagne électorale de 2016 de l’ancien président Donald Trump pour manipuler les utilisateurs des médias sociaux afin qu’ils votent pour Trump.

Cambridge Analytica a également utilisé des données pour aider la campagne Brexit 2016, qui a pu recueillir suffisamment de votes pour retirer le Royaume-Uni de l’Union européenne.
Le film suit Brittany Kaiser, un lanceur d’alerte derrière le scandale et une voix intéressante dans le mouvement pour les droits des données. Kaiser, qui était un employé de Cambridge Analytica, explique aux téléspectateurs comment la collecte massive de données a permis à l’entreprise de créer des «profils psychologiques» de chaque électeur américain avec une page Facebook.

Les électeurs des États dynamiques ont ensuite été ciblés par des publicités Facebook spécialisées conçues pour attiser la peur, l’une des émotions les plus puissantes derrière les choix des électeurs lors des élections. Cette crainte était de perdre leur emploi, leur sécurité et l’évolution de la démographie raciale du pays.
«The Great Hack» soulève des questions sur les libertés civiles au 21e siècle.

Si Cambridge Analytica peut facilement accéder aux données et les utiliser pour manipuler les électeurs, combien d’autres sociétés Internet ont fait de même? Quels types de lois sur la protection de la vie privée devraient être en place pour empêcher les utilisateurs de voir leurs données récoltées à leur insu? La démocratie pourra-t-elle survivre si nous continuons le statu quo?
En septembre 2020, Netflix a sorti «The Social Dilemma», le meilleur de ces trois documentaires. Alors que «The Social Dilemma» exprime son inquiétude quant à l’influence des médias sociaux sur la démocratie, sa discussion la plus profonde porte sur les effets personnels des médias sociaux.
Le film présente des entretiens avec les éthiciens du design Tristan Harris et Aza Raskin, qui expliquent aux téléspectateurs comment les médias sociaux ne doivent pas être considérés comme un outil, mais plutôt comme une arme de séduction.

Répartie dans un pays de plus de 300 millions d’habitants, cette attention portée aux médias sociaux diminue la santé mentale des utilisateurs et leur capacité à faire la différence entre la réalité et la fiction. Le résultat de cela, explique le documentaire, est la polarisation, la radicalisation et le déclin de l’intégrité électorale.
Bien que les téléspectateurs donnent aux téléspectateurs des questions très importantes sur lesquelles réfléchir, il est important de noter que Netflix n’est pas au-dessus des critiques.

Semblable aux médias sociaux, le modèle commercial de Netflix est basé sur la capacité d’attirer et de retenir l’attention, comme en témoigne son format qui encourage le visionnage excessif. Netflix a également récemment lancé une émission de télé-réalité sur la Hype House, le groupe populaire TikTok, prouvant ainsi sa volonté de capitaliser sur l’époque. Alors que les Américains regardent plus Netflix que jamais auparavant, il y a une certaine hypocrisie derrière la sortie de ces films par Netflix.

Le même site Web qui avertit les téléspectateurs des dangers des médias sociaux utilise le même modèle commercial d’attention à but lucratif qu’il critique.

Tags: