5 étapes pour rédiger le pitch média parfait

Dans le domaine de la sensibilisation des relations publiques, la théorie des probabilités a peu à voir avec le résultat. Vous pouvez envoyer des centaines d’arguments médiatiques et ne voir aucune publication, tandis que quelques efforts de sensibilisation ciblés peuvent vous aider à obtenir une couverture impressionnante. Databox a interrogé les professionnels des relations publiques et a constaté que pour la majorité des professionnels des relations publiques, seuls 10 % de leurs arguments médiatiques parviennent réellement à la presse. Bien que cela puisse sembler décourageant, comme nous pouvons le voir, certains professionnels des relations publiques obtiennent en fait un taux de réussite de plus de 50 %, vous devez donc pouvoir faire quelque chose pour rédiger un argumentaire médiatique qui peut vous procurer cette couverture. Cet article découvrira les principaux facteurs décisifs qui sont susceptibles de donner un coup de pouce à vos efforts de sensibilisation des médias. Une compréhension de la nature même d’un pitch médiatique guidera vos efforts de pitching dans la bonne direction. Un argumentaire médiatique est essentiellement une lettre que vous envoyez aux contacts et publications médiatiques pertinents (journalistes, reporters, éditeurs de médias numériques ou imprimés). Cette lettre ne doit inclure que les détails les plus importants qui peuvent attirer leur attention  :

  • Le fil conducteur : une accroche alléchante qui montre pourquoi votre histoire est digne d’intérêt et mérite une couverture médiatique
  • Appel à l’action  : c’est ici que vous spécifiez ce que vous voulez exactement que le journaliste fasse avec votre proposition – organiser une interview, rédiger une critique, intégrer vos données dans leur couverture existante, etc
  • Proposition de valeur  : une explication de la façon dont votre histoire (données, actualité, etc.) ajoute de la valeur à ce que le journaliste couvre déjà et pourquoi il devrait être intéressé par ce que vous avez partagé. Il peut s’agir de données uniques, de sources inaccessibles, de cas industriels curieux, etc

Forbes et USA Today, partage les réponses qui ont la chance d’être présentées dans ses articles : Le moyen le plus simple entrer dans l’un de mes articles, c’est lire attentivement ma question et y répondre dans un langage simple. Souvent, les sources commencent par leur message – elles ont un produit ou un service à vendre – et essaient d’insérer une mention de produit dans la réponse. Cela se traduit par une longue réponse remplie de mots à la mode dans lesquels ils soutiennent que je devrais inclure leur entreprise. Mais cela ne répond pas à la question.

Si vous commencez par répondre à la question, gardez votre réponse courte et écrite dans un anglais simple, vous avez d’excellentes chances d’être inclus dans l’article. Christophe Elliott

Comment écrire un pitch et bien faire les choses

Vous pensez peut-être que maintenant vous êtes tous armés pour écrire le pitch médiatique parfait, mais vous vous trompez. Le fait est que la toute première chose que les journalistes verront n’est ni votre avance ni votre proposition de valeur. Si vous voulez qu’ils ouvrent votre e-mail et soient impressionnés par votre proposition, vous devez avoir une bonne première impression. Et ces impressions doivent être ciblées sur les bonnes personnes.

#1. Soyez ciblé dans votre pitch média

Si vous demandez comment contacter les médias avec une histoire, vous devriez plutôt demander qui vous devez contacter. Votre diffusion médiatique ne sera couronnée de succès que si vous vous adressez aux bonnes personnes. Le paysage médiatique est rempli de journalistes qui couvrent des sujets particuliers. C’est ce qu’on appelle le beat reporting, ou, pour le dire simplement, la spécialisation. Au lieu d’envoyer votre e-mail à une adresse e-mail générale, vous devriez vous adresser à un journaliste pertinent qui couvre déjà des domaines associés à votre argumentaire médiatique. Vous devez donc préparer une liste de journalistes super ciblés, obtenir leurs e-mails et appuyer sur le bouton « envoyer ». Bien que vous puissiez passer des heures à le faire manuellement, vous pouvez aussi bien utiliser des outils comme Prowly (essentiellement une vaste base de données multimédia avec de nombreuses fonctionnalités supplémentaires) qui vous aident à  :

  • Découvrez les contacts médiatiques pertinents

Prowly proposera même des recommandations de contacts avec les médias en fonction de votre communiqué de presse. Cet article explique plus en détail comment trouver des journalistes pertinents. Parfois, lorsque vous explorez manuellement des journalistes pertinents, vous pouvez vous tromper de nom, comme souvent dans les médias sociaux, par exemple, les gens utilisent des noms différents.

  • Créez diverses listes de médias que vous pouvez toujours réutiliser pour de futurs pitchs médiatiques

Au lieu d’envoyer votre argumentaire médiatique à chaque journaliste individuellement, vous pouvez étendre et automatiser ce processus avec des outils tels que Prowly en envoyant un argumentaire à toute une liste de médias en une seule fois. Les journalistes verront votre argumentaire tel qu’il est envoyé directement depuis votre e-mail.

#2. Tisser des liens avec les médias

leurs opinions et leurs travaux) et leurs publications – pour montrer que vous avez fait vos devoirs et qu’ils ne sont pas la gazillionième personne qui reçoit votre argumentaire médiatique. Mentionner que vous pouvez partager des données qui contredisent leur argument dans un article qu’ils ont publié en 2020 est une bonne stratégie. Allez-y doucement pour devenir trop personnel, car vous ne voulez pas ressembler à un harceleur (le message «Hé, j’avais le même chien que toi quand j’étais enfant» attirera leur attention, mais dans le mauvais sens).

#3. Faire une bonne première impression

com Meilleures pratiques de la ligne d’objet Ensuite, la prochaine chose qu’ils voient est la ligne d’objet. Il devrait immédiatement attirer leur attention en ayant les éléments suivants :

  • Mentionnez votre accroche  : la ligne d’objet doit refléter ce qu’ils verront s’ils ouvrent l’e-mail
  • Montrez que vous avez quelque chose d’intéressant, d’unique, d’innovant et/ou d’époustouflant à partager
  • ou impliquez que vous avez des données/histoires crédibles (utilisez des mots comme rapport, étude, recherche, histoire de réussite, etc.)

  • Soyez bref et concis. Gardez à l’esprit qu’il y a une limite d’espace et que votre longue ligne d’objet peut être tronquée au mot le plus important. La recherche montre que les lignes d’objet avec une limite de 60 caractères ou 9 mots obtiennent les taux d’ouverture les plus élevés.

Selon des recherches approfondies menées par Fractl, toutes les lignes d’objet peuvent être divisées en quatre catégories  :

  1. Basé sur les statistiques

Les favoris de Semrush, les lignes d’objet basées sur des statistiques impliquent des emplacements multimédias contenant des données uniques. Exemple  : « 75 % des spécialistes du marketing n’utilisent pas de logiciel d’automatisation ».

  1. Lacune d’information

Enracinés dans la « théorie du manque d’information de la curiosité », ces types de lignes d’objet servent de teasers, incitant les journalistes à ouvrir un e-mail pour en savoir plus. Attention cependant, ces lignes d’objet peuvent sembler du spam, et les journalistes sont bien trop conscients des tactiques de clickbait – ce sont eux qui les ont inventées. Exemple  : « Vous ne croirez pas combien de spécialistes du marketing n’utilisent pas de logiciel d’automatisation ».

  1. Titre du contenu

Ces lignes d’objet comportent un message très simple qui résume essentiellement votre argumentaire. Exemple  : « Principales conclusions d’une étude sur les logiciels d’automatisation du marketing » 4. Personnalisé  Basé sur les informations personnelles du journaliste, ces lignes d’objet n’ont rien à voir avec l’essence de votre argumentaire médiatique. Exemple  : « Je suis d’accord pour dire que Ford aurait dû lancer un camion électrique ». L’étude de Fractl a révélé que les journalistes ont tendance à préférer les sujets basés sur des statistiques. Après tout, ils impliquent immédiatement que votre argumentaire médiatique contient des données uniques et aident les journalistes à évaluer pour quel type d’histoire ils peuvent utiliser ces données avant même d’ouvrir votre e-mail.

#4. Maximisez la valeur de votre corps de pitch

Si votre histoire Après tout, un pitch médiatique envoyé à un journaliste que vous contactez pour la toute première fois est toujours un e-mail froid, il doit donc être abordé de la même manière et suivre des schémas similaires. Voici un exemple d’un des pitchs envoyés par l’équipe des relations presse de Semrush  : Objet  : Données exclusives sur les attentes concernant les nouveaux produits Apple Bonjour Jessica, je sais que vous avez beaucoup écrit sur les produits Apple, et je pense que les données suivantes pourraient être précieuses pour votre future couverture basée sur les données. Internet regorge de rumeurs sur un nouveau nom d’iPhone, et nos données mettent en lumière les attentes des gens concernant les prochaines versions des nouveaux produits Apple. Points clés de l’étude  :

  • En juillet 2018, l’intérêt pour le nouvel iPhone avait augmenté de 34 %
  • Selon les données mondiales, les gens se tournent vers le nom « iPhone 9 », avec un nombre de recherches égal à 1,5 million en juillet 2018
  • Cependant, aux États-Unis, les recherches sur « iPhone 9 » arrivent en deuxième position et ce nom est 1,2 fois moins populaire que « iPhone X Plus » 
  • « iPhone 11 » se classe troisième dans les deux premières listes – mondiale et américaine, et est suivi de noms tels que « iPhone XI », « iPhone X2 » et « iPhone XS »

L’étude comprend également des données et des tendances de recherche sur l’Apple Watch (1 contre 4) et l’iMac Pro.

Faites-moi savoir si vous êtes intéressé à jeter un œil à l’étude complète et je serai heureux de partager l’information avec vous exclusivement. J’ai hâte d’entendre vos réflexions à ce sujet. Vous pouvez trouver des modèles d’e-mails froids de premier ordre dans cet article. Ne vous lancez pas dans le spam. Ce point peut sembler évident, mais il serait très décevant si vous faisiez de votre mieux pour écrire le pitch média parfait qui suit toutes les meilleures pratiques, et il se retrouve simplement dans le dossier spam de votre contact média. Bien que vous ne puissiez pas pérenniser votre argumentaire médiatique contre un filtre anti-spam, il y a une chose qui déclenchera très certainement ce déroulement malheureux des événements. Nous parlons des liens que vous incluez dans votre e-mail de présentation. Avec certains emplacements de médias nécessitant plusieurs emplacements de liens, vous devriez toujours essayer de garder leur nombre aussi bas que possible. Un seul lien ne devrait pas faire de mal, mais tout autre lien provenant d’une personne sans aucune correspondance préalable peut déjà sembler suspect à la fois pour le fournisseur de messagerie et pour le journaliste.

#5. Suivez votre argumentaire médiatique.

Maintenant, si vous avez tout fait correctement, votre e-mail a atterri dans la boîte de réception du destinataire. Et après? Ensuite commence la question : l’ont-ils reçu ? L’ont-ils lu ? Le pitch médiatique a-t-il même été ouvert ? Eh bien, en tant que professionnel des relations publiques, vous ne devriez jamais arriver à ce stade étonnant. La règle générale pour les e-mails froids comme votre argumentaire médiatique est que vous ne devriez vraiment pas écrire plus de deux e-mails de suivi si vous n’avez pas de réponse du contact média. Il est tout à fait normal d’avoir à rédiger des suivis, mais il existe des moyens de les configurer pour un potentiel d’attraction plus élevé  :

  • Assurez-vous d’attendre quelques jours avant d’envoyer les deuxième et troisième e-mails à la même personne. Ils ont peut-être été occupés à travailler ou à s’occuper d’une affaire personnelle, alors laissez-les respirer un peu
  • Essayez d’ajouter une valeur supplémentaire à votre argumentaire médiatique d’origine. Vous pouvez aborder votre histoire sous un angle différent ou proposer un ensemble différent de découvertes. Expérimentez un peu pour montrer toute la gamme de votre histoire proposée pour enlever ce travail des épaules du journaliste

Encore une fois, des outils comme Prowly vous aident à gérer ce flux de travail en indiquant quels contacts médias ont reçu votre e-mail, qui a ouvert et même cliqué pour lire votre argumentaire médiatique. De cette façon, vous pouvez diviser votre liste de médias en quelques groupes et adapter vos efforts de suivi à divers segments en fonction de l’action qu’ils ont prise (ou n’ont pas prise) avec votre e-mail.

Maintenant, écrivez un pitch infaillible.

Bien que l’essence de votre histoire soit ce qui compte vraiment, ce sont les petites choses qui peuvent faire la différence dans le succès de votre argumentaire médiatique. Donc, si vous pensiez que rédiger un argumentaire médiatique ne concerne que ce que vous écrivez réellement dans le corps de votre argumentaire, vous seriez surpris. Ce niveau d’attention aux détails peut sembler triste, mais les résultats d’un dossier de relations publiques réussi seront certainement payants. Les arguments médiatiques qui atteignent la cible peuvent conduire à tout, de la portée accrue et de l’amélioration de la réputation à la création de liens et à l’amélioration du référencement. Et des plateformes comme Prowly, spécialement conçues pour les relations publiques et la gestion des médias, élimineront le morne de l’équation. Créez le pitch média parfait avec Prowly