L'unité de publicité numérique de Google face à une enquête antitrust de l'UE

La confiance du public mondial dans les pratiques commerciales des géants de la technologie s’amenuise rapidement, alors même que les organisations antitrust de l’Union européenne ont annoncé qu’elles lanceraient officiellement une enquête sur le comportement de Google en matière de publicité numérique dès la fin de cette année.

Cette sonde a la particularité d’être potentiellement la plus grande menace qui pèse sur Google. La société a engrangé des revenus d’une valeur de 147 milliards de dollars l’année dernière grâce à ses seules activités publicitaires, le chiffre le plus élevé de toute entreprise au cours de la période.

Services de Google pour l’affichage d’annonces

Image : Google

En fait, la plupart des ventes enregistrées par Google, qui est une filiale de la société mère Alphabet, ont été réalisées sur ses propres services, notamment Gmail, Search et YouTube. Environ 16% des revenus générés provenaient d’autres entreprises de médias utilisant les plates-formes Google pour vendre leurs publicités dans le monde.

si l’enquête aboutit à une amende, cela s’ajoutera aux amendes de plus de 8 milliards de dollars auxquelles Google a été condamné par l’UE au cours de la dernière décennie. Les principales raisons en sont les pratiques anticoncurrentielles, comme la prévention des concurrents dans les smartphones Android, les achats en ligne et la publicité en ligne.

La nouvelle enquête se concentrera principalement sur la relation que Goigle entretient avec ses « annonceurs, éditeurs, intermédiaires et rivaux ».

Pas la première fois

L’année dernière seulement, le ministère de la Justice des États-Unis a également déposé une plainte contre le géant de la technologie, au motif d’avoir abusé de sa forte emprise sur les parts de marché pour repousser les concurrents dans le secteur de la publicité. Une autre plainte a ensuite été déposée par certains États du pays, notamment le Texas, pour agissements anticoncurrentiels de la société.

Pendant ce temps, Google n’a que récemment réussi à régler un procès avec les autorités françaises, qui ont infligé la semaine dernière une amende de 268 millions de dollars à l’entreprise, ainsi qu’un certain nombre d’engagements pour prendre les mesures appropriées sur les accusations relatives à son activité de réseau. De plus, l’unité a également été chargée de travailler en collaboration avec les agences britanniques, concernant certaines modifications logicielles de la part de Google.

La semaine dernière seulement, le Royaume-Uni et le Japon ont également révélé séparément qu’une enquête serait lancée sur un prétendu « duopole » dont bénéficient la société dirigée par Sundar Pichai et Apple sur le marché des smartphones. Ces allégations pourraient bientôt ne devenir que la partie émergée de l’iceberg, si une amende est imposée par l’UE à l’unité de publicité numérique de Google.

Tags: ,