U of A Library changera de moteur de recherche en mai

Le moteur de recherche des bibliothèques de l’Université de l’Alberta change en mai. Au cours des six dernières années, le moteur de recherche de la bibliothèque est open source, ce qui signifie que le personnel de la bibliothèque peut librement accéder et modifier le code du logiciel. Le 1er mai, la bibliothèque remettra son moteur de recherche à un autre appartenant à EBSCO, un logiciel propriétaire qu’elle utilisait auparavant de 2012 à 2015. La différence la plus notable pour les utilisateurs de la bibliothèque sera une fonction de recherche unique qui leur permettra de rechercher des livres et des articles simultanément. Des changements plus profonds se produiront au cours de l’année à venir, car la bibliothèque continuera de consulter les étudiants et les chercheurs. Sam Popowich, responsable de la transition des moteurs de recherche de bibliothèque et responsable de la découverte et des services Web, a déclaré que la bibliothèque était toujours très engagée dans les applications open source. « Lorsque nous sommes passés à l’open source en 2015, c’était une bonne occasion de suivre notre propre chemin et de créer un service qui, selon nous, fonctionnerait bien pour les étudiants », a-t-il déclaré. Aujourd’hui, six ans plus tard, Popowich a déclaré que le logiciel open source de la bibliothèque « vieillissait un peu ». « Il est logique de prendre du recul pour le moment et de passer à quelque chose que nous avons utilisé dans le passé », a-t-il déclaré. « [The EBSCO search engine is] quelque chose avec lequel nous sommes à l’aise, que nous savons que les gens peuvent utiliser assez facilement pendant que nous planifions pour l’avenir en termes de ce qu’une recherche dans une bibliothèque peut et devrait faire pour les étudiants.  » En termes de dépenses, Popowhich a déclaré que les logiciels propriétaires sont souvent plus chers au départ, mais que l’open source peut être plus coûteux lorsqu’il s’agit de recruter des développeurs pour créer l’application. Compte tenu de ces avantages et inconvénients, Popowich a déclaré qu’il y avait « deux visions concurrentes » concernant le logiciel qui est le meilleur dans le monde universitaire. Par exemple, il a dit que certaines personnes croient que la « stabilité » et la « qualité professionnelle » des logiciels propriétaires sont plus fiables. « Ensuite, il y a ceux d’entre nous comme moi », a déclaré Popowich. « [I believe] que l’open source signifie que nous avons plus de contrôle et de flexibilité. Nous pouvons modifier les choses à notre guise.  » Lorsqu’on lui a demandé si, en tant que partisan du logiciel open source, Popowich trouvait le passage temporaire vers un logiciel propriétaire décevant, il a répondu à certains égards « oui ». « J’ai mis beaucoup de temps et d’énergie et je travaille sur la version open source que nous utilisons actuellement », a-t-il déclaré. « Mais en pesant tout, et sachant qu’il existe d’autres applications open source que nous continuons à prendre en charge, je pense que c’est une bonne décision pour le moment. » Ces applications open source incluent l’Education and Research Archive (ERA), un référentiel pour la recherche du corps professoral et les thèses d’études supérieures, et le système de gestion des données de recherche, un outil open source que la bibliothèque a construit en consultation avec d’autres organisations.

Le changement devrait être « assez intuitif » pour les utilisateurs de la bibliothèque, a déclaré Popowich

Popowich a déclaré que l’utilisation du moteur de recherche EBSCO le 1er mai devrait être « assez intuitive » pour les utilisateurs de la bibliothèque. « Il y a quelques changements de conception entre le système existant et la portée, mais ils ne sont pas majeurs de mon point de vue », a-t-il déclaré. Il a ajouté que la bibliothèque avait prévu le passage à la fin des examens du semestre d’hiver et que le trimestre de printemps ne faisait que commencer. « Nous allons essayer de minimiser les perturbations pour tous les utilisateurs », a-t-il déclaré. « Comme toujours, si quelqu’un rencontre des problèmes, il doit absolument se sentir libre d’aller dans la section » Nous demander « de la page d’accueil et de nous le faire savoir. »