Six mois après l'émeute du Capitole, Facebook laisse toujours Trump et ses alliés promouvoir des rassemblements remplis de désinformation électorale

L’ancien président Donald Trump a été suspendu de ses publications sur Facebook pendant au moins deux ans après avoir utilisé la plateforme pour inciter à la violence le 6 janvier. Aujourd’hui, six mois après que des émeutiers pro-Trump ont pris d’assaut le Capitole, Facebook diffuse la même désinformation qui a fomenté l’insurrection se propager en permettant aux utilisateurs d’interagir avec les anciens messages de Trump faisant la promotion des rassemblements et des discours postélectoraux, en hébergeant de nouvelles vidéos faisant la promotion de ses événements récents et même en gagnant des revenus grâce aux publicités qui en font la promotion.

Le 6 janvier, des émeutiers pro-Trump ont pris d’assaut le Capitole pour tenter d’empêcher la certification finale de l’élection présidentielle de 2020. Cette violence est survenue après des mois où Trump et ses alliés ont craché des mensonges sur la fraude électorale généralisée et affirmé que le président Joe Biden avait « volé » les élections.

Dans les jours qui ont suivi l’insurrection, la directrice de l’exploitation de Facebook, Sheryl Sandberg, a rejeté le rôle de l’entreprise dans son activation, affirmant que  » ces événements étaient en grande partie organisés sur des plateformes qui n’ont pas nos capacités à arrêter la haine, n’ont pas nos normes et ne ayez notre transparence. Une note interne a ensuite détaillé la quantité de données dont disposait la société sur la propagation de la campagne  » Stop the Steal  » avant le 6 janvier, et les auteurs ont affirmé que Facebook ne pouvait pas savoir qu’il s’agissait d’un  » effort coordonné pour délégitimer l’élection.  »

L’ensemble des rapports, des recherches et des données suggère fortement le contraire.

Dans le même temps, Facebook a interdit à Trump de publier indéfiniment sur la plate-forme et a demandé à son conseil de surveillance de déterminer si une suspension indéfinie était appropriée. Ce processus s’est finalement conclu avec le retour du sort de Trump entre les mains de la plate-forme. En juin, Facebook a annoncé la suspension de deux ans de Trump de la publication sur la plate-forme, mais a refusé d’interdire complètement son compte, permettant à ses publications de continuer à gagner de l’engagement.

Malgré la suspension de Trump et sa promotion continue de la désinformation sur les élections de 2020, y compris lors d’événements politiques et de rassemblements post-présidentiels, Facebook permet au PAC de Trump de diffuser des publicités pour les promouvoir. Les médias de droite et les personnalités conservatrices gagnent également des millions de vues sur les vidéos de ces rassemblements, tandis que les publications Facebook de Trump faisant la promotion des rassemblements qui ont eu lieu après les élections et avant sa suspension suscitent toujours l’engagement. Cela signifie que Trump et Facebook profitent de la propagation continue des mêmes mensonges électoraux nuisibles qui ont fomenté les événements du 6 janvier.

Facebook a gagné plus de 15 000 $ grâce aux publicités faisant la promotion des rassemblements post-présidentiels de Trump

Le comité de collecte de fonds conjoint Save America de Trump a diffusé au moins 251 annonces faisant la promotion de son rassemblement du 26 juin en Ohio et de son rassemblement du 3 juillet en Floride. Ces publicités ont généré plus de 840 000 impressions et Facebook a généré plus de 15 100 $ de revenus sur les publicités.

Le PAC a diffusé 119 annonces portant spécifiquement sur le Rassemblement du 26 juin dans l’Ohio, dépensant au moins 6 500 $ et enregistrant plus de 490 000 impressions. Facebook a supprimé 86 d’entre eux pour avoir enfreint ses politiques publicitaires, mais il a laissé le PAC continuer à diffuser des publicités identiques. (On ne sait pas quelle politique ils ont violée.)

Le PAC a diffusé 132 annonces portant spécifiquement sur le Rassemblement du 3 juillet en Floride, payant Facebook au moins 8 600 $ et gagnant plus de 351 000 impressions.

Le PAC de Trump diffuse également au moins 12 annonces de collecte de fonds pour avoir la chance de rencontrer l’ancien président lors de son prochain rassemblement. Au moment de la publication, neuf des annonces sont toujours actives, tandis que le PAC a dépensé au moins 500 $ et enregistré plus de 155 000 impressions.

Sur Facebook, les médias et les personnalités de droite ont enregistré plus de 12 millions de vues sur les vidéos des rassemblements post-présidentiels de Trump

Media Matters a également trouvé au moins 58 vidéos des rassemblements post-présidentiels de Trump que les médias et les personnalités de droite ont publiées sur Facebook. Ces vidéos ont généré au moins 12,9 millions de vues, et 31 d’entre elles ont été publiées par le média pro-Trump Right Side Broadcasting.

Il y a 22 vidéos qui font spécifiquement la promotion du rassemblement de Trump dans l’Ohio le 26 juin, qu’il a utilisé pour pousser plus de désinformation électorale sur l’élection présidentielle de 2020. Ces vidéos, qui ont été publiées par les médias de droite Breitbart. The Daily Caller et Right Side Broadcasting, et des personnalités de droite, la représentante Marjorie Taylor Greene (R-GA), Benny Johnson et Derek Utley, ont gagné plus 7 millions de vues. La vidéo en direct de huit heures de Right Side Broadcasting, qui comprenait tous les discours ainsi que des entretiens avec des supporters également en proie à la désinformation, a obtenu plus de 1,6 million de vues.

Il y a 36 vidéos qui font spécifiquement la promotion du rassemblement de Trump en Floride le 3 juillet, dans lesquelles il a répété l’affirmation réfutée d’une « élection truquée » et a qualifié le système électoral américain de « malade ». Ces vidéos, qui ont été publiées par les médias de droite Right Side Broadcasting, Breitbart. ainsi que par les représentants républicains Greg Steube (R-FL) et Christian Ziegler, ont généré plus de 5,8 millions de vues. La vidéo en direct de Right Side Broadcasting du discours de Trump a été vue plus d’un million de fois.

Même s’il est suspendu, les utilisateurs de Facebook peuvent toujours interagir avec les publications Facebook de Trump, y compris celles faisant la promotion de ses rassemblements avant l’interdiction et de ses discours qui ont déclenché une insurrection

Media Matters a précédemment signalé que Trump avait publié sur Facebook au moins 6 081 fois entre le 1er janvier 2020 et le 6 janvier 2021, avec environ un quart de ces messages contenant de la désinformation COVID-19, des mensonges électoraux ou une rhétorique extrême sur ses détracteurs, et au moins 506 messages étant étiquetés par Facebook avec des informations faisant autorité, en particulier sur les élections et les processus électoraux.

Malgré la suspension de deux ans de Trump et l’abondance de désinformation dans ses publications disponibles, ils sont toujours actifs sur Facebook et les utilisateurs peuvent interagir avec le contenu en visionnant des vidéos et en réagissant, en commentant et même en partageant.

Nous avons trouvé au moins 55 des messages de Trump qui font la promotion de ses rassemblements et discours post-électoraux (mais avant l’interdiction), dans lesquels il a poussé la désinformation et la rhétorique qui ont fomenté la violence le 6 janvier. Ces messages ont généré plus de 27 millions d’interactions combinées. Certaines des publications individuelles ont même généré plus d’un million d’interactions.

Parmi ces messages, 23 d’entre eux comprenaient des vidéos des rassemblements, comme montrant des foules de rassemblements et des vidéos des discours. Une vidéo du discours de Trump à la Maison Blanche le 2 décembre, que le New York Times a qualifié de  » diatribe de 46 minutes  » qui était  » remplie de fausses allégations sur la fraude électorale « , a obtenu plus d’un million d’interactions et 14 millions de vues.

Tags: