Publicis fait appel à Google pour éviter les frais d'annonceur 2pc

Google a été exhorté par l’une des plus grandes sociétés de publicité au monde à revenir sur sa décision « brutale » de faire supporter aux marques le coût de la nouvelle taxe britannique sur les services numériques.

Publicis, la société française derrière des agences telles que Saatchi & Saatchi, a pressé le géant américain de la technologie de repenser une charge de 2pc à partir de novembre, affirmant qu'elle était « motivée par des problèmes politiques plus profonds ».

Publicis fait appel à Google pour éviter les frais d'annonceur 2pc

La taxe sur les services numériques a été déployée le 1er avril, affectant les moteurs de recherche, les entreprises de médias sociaux et les détaillants en ligne tels que Google, Amazon et Facebook, avec une taxe sur leurs revenus au Royaume-Uni.

Dans un e-mail lu par The Sunday Telegraph, Publicis Media Exchange, qui gère les transactions pour le compte des agences de publicité de Publicis Media, a déclaré: « Nous pensons qu'il s'agit d'une approche autoritaire de Google, motivée par des problèmes politiques plus profonds. »

Il a ajouté: « Le [UK Government] ne voulez pas que Google augmente simplement les coûts et les répercute sur ses clients. La taxation des principales plates-formes de médias numériques est un problème mondial et fera partie de toute négociation commerciale en cours ou à venir entre le Royaume-Uni et les États-Unis / l'UE. Nous avons exprimé notre déception à Google concernant l'introduction de ces frais.  » Publicis, basée à Paris, est l’une des plus anciennes et des plus grandes entreprises de communication au monde, avec une valeur de marché de 6,8 milliards d’euros (6,2 milliards de livres sterling).

La société possède une série d'agences de publicité et de marketing, produisant des campagnes pour des marques telles que Cadbury, Samsung, Kellogg's et Honda.

L'entreprise fait également partie des « quatre grands » holdings publicitaires aux côtés de WPP, Omnicom et Interpublic, qui ont souffert de la perturbation numérique provoquée par Google et Facebook.

La décision de Google de facturer des frais supplémentaires pour les publicités placées sur son moteur de recherche et Youtube entraînerait des coûts annuels de 120 millions de livres sterling pour les annonceurs britanniques.

Une porte-parole de Google a déclaré que la société continuerait de payer toutes les taxes britanniques, mais encouragerait les gouvernements du monde entier à se concentrer sur la fiscalité internationale, au lieu de « nouveaux prélèvements unilatéraux ».

« Les taxes sur les services numériques augmentent le coût de la publicité numérique », a-t-elle ajouté. « En règle générale, ces types d'augmentation des coûts sont supportés par les clients et, comme les autres entreprises concernées par cette taxe, nous ajouterons des frais à nos factures à partir de novembre. »

Publicis n'a pas répondu à une demande de commentaire.

Array

Tags: