Le programme de l'U of A aide les entreprises locales à renforcer leur présence numérique

La dernière série de restrictions COVID-19 oblige de nombreuses entreprises à limiter les services en personne ou à fermer complètement leurs portes.

Alors que de nombreux clients recherchent maintenant en ligne tous leurs besoins en matière de magasinage et de service, un partenariat de programme récemment élargi avec la ville d’Edmonton, l’Université de l’Alberta, le gouvernement fédéral et les entreprises locales aide les entreprises locales à faire la plongée numérique.

Le programme Making Edmonton Digital a été lancé l’an dernier et a pu aider plus de 200 entreprises locales. La ville a contribué 75 000 $ à l’automne pour aider le programme, tandis que la School of Business fournit à une entreprise un étudiant consultant pour l’aider à atteindre ses objectifs numériques ou marketing.

Maintenant, un nouveau financement du gouvernement fédéral a doublé le nombre d’entreprises que le partenariat pourra aider.

En raison de l’appui aux subventions locales et fédérales, le programme est entièrement gratuit pour les entreprises locales d’Edmonton. Les étudiants peuvent ainsi consacrer jusqu’à 12 heures au marketing numérique d’une entreprise.

U DE CAPACITÉ À AIDER À FOURNIR UNE SOLUTION AUX GRANDS BESOINS DANS LA COMMUNAUTÉ DES AFFAIRES : THOMSON

Heather Thomson, directrice exécutive de la School of Retailing de la School of Business de l’Université de l’Alberta, a déclaré que l’initiative Making Edmonton Digital visait à aider les entreprises locales à passer au numérique, car les restrictions pendant la pandémie ont obligé les clients à se fier davantage aux options de commerce électronique.

« Nous avons vu qu’il y avait un grand besoin avec la communauté des affaires et nous avons vu une solution que nos étudiants ici à l’université (pourraient fournir) », a déclaré Thompson.

« La pandémie a certainement prouvé que cela était nécessaire », a-t-elle ajouté. « Le comportement des consommateurs a tellement changé au cours de la dernière année. Il n’ya pas le sentiment que nous retournons à la normale. De plus en plus de consommateurs sont donc satisfaits des achats en ligne.  »

Les étudiants en commerce peuvent aider les entreprises locales à créer de nouveaux sites de commerce électronique ou à étendre des sites Web existants, à optimiser les moteurs de recherche, à accroître la littératie numérique ou à fournir des stratégies de marketing sur les réseaux sociaux.

« Les entreprises adorent le soutien », a déclaré Thomson.

« Ils adorent la rapidité des délais d’exécution et je pense qu’ils apprécient vraiment la façon dont ils sont capables de travailler correctement avec un élève et de créer un plan numérique personnalisé que l’élève les aide à exécuter. »

Thomson a déclaré que le programme était un complément naturel à la progression scolaire d’un étudiant.

« Ils sont capables de prendre ce qu’ils apprennent en classe et de le mettre en œuvre dans le monde réel », a-t-elle ajouté.

Eddie Lee, consultant en marketing numérique et étudiant de cinquième année au programme de baccalauréat en commerce de l’Université de l’Alberta, a déclaré qu’il avait rejoint le programme après avoir été informé de l’impact négatif de la pandémie sur les entreprises locales.

« Étant donné que nous apprenons tant de stratégies et de façons différentes de faire en sorte que les entreprises réussissent dans mes études, c’est vraiment agréable de les appliquer directement aux propriétaires d’entreprise qui sont en mesure de les utiliser à leur avantage. »

Eddie Lee,

Lee est l’un des 14 étudiants de la School of Business de l’Université de l’Alberta participant en tant que consultant numérique.

Pour Lee, participer au programme a été une expérience précieuse car non seulement il enseigne de nouvelles compétences aux entreprises ou améliore leur commerce numérique, mais il apprend également d’elles.

« Il y a beaucoup de choses que j’apprends aussi, beaucoup de choses que vous ne pouvez pas apprendre en école de commerce », a-t-il ajouté. « C’est une expérience tellement saine et gratifiante. »

LE PROGRAMME DE PARTENARIAT PERMET DES OPPORTUNITÉS D’APPRENTISSAGE « INCROYABLES », DIT LES ENTREPRISES LOCALES

Shirley Pietrzykowski, fondatrice et propriétaire de la franchise Driving Miss Daisy, a participé au programme et a déclaré que c’était une expérience « incroyable ».

Son entreprise s’occupe des aînés et des personnes handicapées en les aidant à conserver leur autonomie en leur offrant une aide amicale, un accompagnement et des possibilités de transport sécuritaire.

Driving Miss Daisy a débuté à St. Albert, mais compte maintenant six franchises dans la région d’Edmonton et plus de 50 dans tout le Canada.

Driving Miss Daisy,

Pietrzykowski a vu le programme annoncé à la télévision et a immédiatement pensé que cela serait bénéfique pour son entreprise.

« Je pensais juste que c’était une opportunité incroyable.

« Lorsque vous êtes propriétaire d’une petite entreprise, il y a des domaines de votre confort et il y a des domaines avec lesquels vous n’êtes pas à l’aise. En ce qui concerne le numérique, c’est un domaine avec lequel je ne suis pas à l’aise.  »

Pietrzykowski a déclaré que démarrer une présence numérique pour son entreprise était toujours quelque chose qu’elle voulait créer mais qu’elle n’avait finalement jamais pu faire en raison de la supervision des opérations quotidiennes.

« Vous êtes occupé à gérer une entreprise et votre équipe », dit-elle. « Il y a tellement de niveaux différents que cela devient écrasant. Ensuite, vous ajoutez COVID dans le mélange.  »

Driving Miss Daisy a maintenant un site Web et une présence sur les réseaux sociaux.

« Quand c’est un domaine que vous ne connaissez pas, vous ne savez même pas quelles questions poser. »

Pour Pietrzykowski, avoir une bonne présence sur le Web était utile avant COVID-19 – mais est maintenant devenu une nécessité absolue. Elle dit que depuis l’expansion du site Web, son entreprise a été en mesure de mieux communiquer avec les personnes vivant à l’extérieur d’Edmonton qui souhaitent organiser des services pour s’occuper de leurs parents ou grands-parents qui vivent dans la ville.

Avoir un partenaire étudiant universitaire expérimenté avec Driving Miss Daisy s’est avéré être un ajout inestimable, dit Pietrzykowski.

« C’est une opportunité incroyable », a-t-elle déclaré. « Il y a tellement à gagner… quelle meilleure façon pour moi d’apprendre. »

Pour participer au programme, les entreprises peuvent visiter le site Web de Making Edmonton Digital.