Le porte-parole de la représentante Ilhan Omar affirme que les publicités d'attaque de l'AIPAC mettent sa vie en danger

Le porte-parole de la représentante d’extrême gauche Ilhan Omar (D-Minn.) a accusé mercredi un groupe de pression pro-israélien de mettre la  » vie  » de la membre du Congrès en danger en publiant une annonce d’attaque faisant référence aux commentaires qu’elle a faits en juin assimilant l’Amérique et Israël avec le Hamas et les talibans.

La publicité Facebook de l’American Israel Public Affairs Committee (AIPAC) présente une image en noir et blanc d’Omar accompagnée d’un texte :  » Pour Ilhan Omar, il n’y a pas de différence entre l’Amérique et les talibans. Entre Israël et le Hamas. Entre les démocraties et les terroristes. L’annonce est sous-titrée :  » Soyez avec l’Amérique. Tenez-vous contre les terroristes.

Selon le directeur de la communication d’Omar, Jeremy Slevin, le langage de l’annonce AIPAC « est pratiquement identique au langage utilisé dans les menaces de mort qu’elle reçoit ».

Un porte-parole de la représentante Ilhan Omar (D-Minn.) a accusé un groupe de pression pro-israélien de mettre la  » vie en danger  » de la députée./ Evelyn Hockstein

Ne vous y trompez pas « , a tweeté Slevin. « L’AIPAC met la vie du représentant Omar en danger avec des publicités répétées d’attaques islamophobes. » Son message comprenait des captures d’écran de l’annonce aux côtés d’un tweet d’Omar accompagné de l’audio d’une prétendue menace de mort qu’elle avait reçue en juin.

 » Cela ne devrait pas avoir à être déclaré « , a ajouté Slevin dans un tweet ultérieur,  » mais lier sans fondement les musulmans américains au terrorisme est l’exemple classique de l’islamophobie et est couramment utilisé pour faire taire le plaidoyer en faveur des droits humains palestiniens.  »

Le 7 juin, Omar a tweeté une vidéo d’un échange entre elle et le secrétaire d’État Antony Blinken lors d’une audience de la commission des affaires étrangères de la Chambre des représentants. Elle a sous-titré la vidéo :  » Nous devons avoir le même niveau de responsabilité et de justice pour toutes les victimes de crimes contre l’humanité. Nous avons vu des atrocités impensables commises par les États-Unis, le Hamas, Israël, l’Afghanistan et les talibans.

Ne vous y trompez pas : l’AIPAC met la vie du représentant Omar en danger avec des publicités répétées d’attaques islamophobes. pic.twitter.com/

Le message a provoqué un tollé à la fois sur les réseaux sociaux et parmi les membres du Congrès. Après qu’une douzaine de démocrates juifs de la Chambre ont exhorté Omar à  » clarifier  » sa déclaration, Omar les a accusés d’utiliser des  » tropes islamophobes « . Dans une déclaration ultérieure, Omar a affirmé qu’elle « n’assimilait en aucun cas les organisations terroristes à des pays démocratiques dotés de systèmes judiciaires bien établis ». Bien qu’elle soit revenue sur sa déclaration.

Dans la même interview, Omar a affirmé que les collègues qui ont critiqué ses propos  » n’ont pas été des partenaires en justice. Ils n’ont pas été, vous savez, également engagés dans la recherche de la justice dans le monde.

L’AIPAC a riposté à Slevin sur Twitter mercredi, écrivant.

 » Il est scandaleux que le représentant Omar place les États-Unis et Israël au même niveau que les talibans et le Hamas « , a ajouté le tweet de l’AIPAC. « Il n’y a pas d’équivalence morale entre les alliés démocrates et les terroristes qui les ciblent. »

Le lobby s’est ensuite concentré sur l’autre membre de « Squad » d’Omar, la représentante Rashida Tlaib (D-Mich.), qui avait tweeté : « J’en ai tellement marre de cette merde » en réponse à Slevin.

 » Nous aussi, membre du Congrès « , a déclaré l’AIPAC.  » Inciter à la haine en diabolisant Israël et en répandant des mensonges vicieux et dangereux sur notre allié démocratique Israël ne fait pas avancer les perspectives de paix.  »

Omar a été accusé à plusieurs reprises d’avoir fait des déclarations antisémites. En 2019, elle a tweeté que la relation entre les États-Unis et Israël était  » tout au sujet des Benjamins « .

Lorsque Batya Ungar-Sargon. a déclaré :, a répondu Omar, « AIPAC ».

Omar a supprimé le tweet et a présenté ses excuses, ainsi que ses remerciements à ses collègues « qui m’éduquent sur la puissante histoire des tropes antisémites ».