La plate-forme publicitaire de Google échoue aux internautes non binaires

Google a violé les lois anti-discrimination en permettant aux entreprises d’exclure les personnes non binaires et transgenres de voir des publicités pour le logement, l’emploi et les services financiers. Cette découverte a été faite par The Markup, qui a constaté que si les politiques écrites de la société interdisaient d’exclure des personnes sur la base d’identités non binaires, les annonceurs pouvaient le faire en décochant la catégorie « sexe inconnu ». Les utilisateurs peuvent appartenir à cette catégorie s’ils refusent d’indiquer un sexe, de définir un sexe personnalisé ou si Google ne le sait pas pour une autre raison.

Ciblage précis – La société affirme avoir identifié environ 100 annonceurs qui ont décoché « sexe inconnu » dans les annonces . On ne sait pas s’ils voulaient empêcher les personnes non binaires de voir les publicités, mais ce serait évidemment mauvais si elles le faisaient. Google annonce qu’il est en train de mettre à jour son système publicitaire et de bloquer ce ciblage.

« Nous mettrons en œuvre une mise à jour de notre politique et de son application dans les semaines à venir afin d’empêcher les annonceurs de cibler ou d’exclure des utilisateurs en fonction de la catégorie » sexe inconnu  » « , A déclaré Elijah Lawal, un porte-parole de Google. Toutes les catégories de sexe (« homme », « femme » et « inconnu ») sont cochées par défaut lorsqu’une entreprise crée une annonce sur Google. Mais les marques ont été formées pour cibler leurs publicités avec précision afin de ne pas gaspiller d’argent pour atteindre les mauvaises audiences.

Une entreprise de soins de santé féminine peut ne pas vouloir risquer de l’argent en laissant le « sexe inconnu » coché et en atteignant les hommes, par exemple, alors elle pourrait décocher cette catégorie. Mais Google dans une déclaration à The Markup a admis que le fait de décocher « sexe inconnu » pourrait être utilisé de manière malveillante pour masquer les publicités à des personnes qui ne s’identifient tout simplement pas comme « homme » ou « femme ». Maux de tête – Ce n’est pas la première fois que les géants de la technologie sont confrontés à des réactions négatives sur le ciblage.

Facebook a été poursuivi en 2019 par le ministère du Logement et du Développement urbain (HUD) pour avoir permis aux annonceurs d’exclure des personnes en fonction du code postal, traçant ainsi une ligne rouge autour des quartiers les plus pauvres. Google a également travaillé avec HUD pour améliorer ses politiques publicitaires afin de se conformer à la loi fédérale – mais apparemment pas assez.

Tags: