McGill s'associe à Ecosia, le moteur de recherche qui plante des arbres

Pensez à la fréquence à laquelle vous appuyez sur « recherche » sur votre ordinateur. Des cours à la recherche des meilleurs restaurants à Montréal, les étudiants surfent sur le net pour presque tout. Ecosia, un moteur de recherche gratuit, profite de notre utilisation d’Internet en plantant un arbre pour environ 45 recherches.

Récemment, le Bureau de la durabilité et des services informatiques de McGill a collaboré pour présenter Ecosia à la communauté mcgilloise dans le cadre de la stratégie de durabilité de l’université. Supposons que vous n’effectuiez qu’une seule recherche par jour: avec les 40 000 étudiants de McGill, près de 900 arbres seraient plantés chaque jour.

« Nous sommes très reconnaissants à l’équipe de développement durable de McGill d’avoir encouragé les étudiants à passer à Ecosia », a écrit Fred Henderson de l’équipe des partenariats d’Ecosia dans un courriel adressé au McGill Tribune.

L’extension spécifique à McGill pour Ecosia est gratuite et volontaire, avec des instructions d’installation faciles à suivre. Comme indiqué sur le site Web de l’entreprise, Ecosia s’engage à protéger la confidentialité des utilisateurs en ne vendant pas de données aux annonceurs et en fonctionnant sans trackers externes que les entreprises utilisent pour générer des publicités ciblées.

Depuis sa création en 2009, Ecosia a planté 120 millions d’arbres dans le monde et le compteur de plantation d’arbres en direct sur sa page d’accueil continue de croître.

« Toute notre activité numérique […] a sa propre empreinte carbone « , a écrit François Miller, directeur général du Bureau de la durabilité de McGill, dans un courriel adressé à la Tribune. « Tout ce que nous faisons consomme de l’énergie, à la fois localement chez nous et à l’étranger où les serveurs […] sont situés. Grâce à Ecosia, nous offrons aux McGillois un moyen simple de neutraliser l’impact de leur utilisation du Web.

Comme tout autre moteur de recherche, Ecosia génère des revenus en cliquant sur les publicités qui apparaissent avec les résultats de recherche. Les revenus publicitaires sont utilisés pour financer des projets de plantation dans le monde entier: la société soutient plus de 20 projets de plantation d’arbres dans 15 pays différents.

Les arbres sont plantés dans des points chauds de la biodiversité, des zones abondantes en espèces uniques que l’on ne trouve nulle part ailleurs sur terre. Fait alarmant, la végétation naturelle de ces points chauds a diminué de plus de 70%. Les projets de plantation d’Ecosia contribuent à préserver la biodiversité, à lutter contre le changement climatique, à régénérer les sols appauvris et à fournir de la nourriture, des emplois et une stabilité économique aux communautés vulnérables.

La société a également construit des fermes solaires pour alimenter leurs recherches de navigateur avec de l’énergie renouvelable.

« De cette façon, nous ne produisons pas seulement assez d’énergie pour alimenter toutes les recherches de nos utilisateurs avec des énergies renouvelables – nous produisons deux fois plus », a écrit Joshua Gottlieb, responsable éditorial chez Ecosia, dans un e-mail à la Tribune.

Gottlieb a expliqué que le reboisement est essentiel à toute stratégie climatique puisque les arbres sont les absorbeurs de dioxyde de carbone les plus efficaces. Cependant, il est également important d’éviter les espèces envahissantes et la monoculture, et de travailler avec les communautés locales pour assurer la survie des arbres.

« Cependant, la plantation d’arbres ne doit pas être utilisée comme une excuse pour réduire les émissions – il n’y a aucun moyen de contourner cela », a écrit Gottlieb. « Nous devons arrêter d’émettre et capturer à nouveau les émissions passées. »

Les étudiants universitaires ont le potentiel de créer des changements significatifs, que ce soit grâce à de petits efforts comme le changement de moteur de recherche pour soutenir le reboisement ou à travers la participation à l’activisme communautaire.

« Les campagnes Ecosia sur le campus ne se limitent pas à planter des arbres […], ils aident également les jeunes à s’impliquer dans l’action climatique « , a écrit Gottlieb. « Nous espérons que notre modèle d’entreprise à but non lucratif axé sur des objectifs incitera les autres à donner la priorité à notre planète et à aller au-delà de la simple durabilité vers une régénération active. »

Bien qu’il reste encore beaucoup à faire, y compris le désinvestissement des combustibles fossiles, le partenariat avec Ecosia est une étape positive dans la voie de McGill vers la création d’une Terre plus saine et durable.

« Depuis le lancement du programme Ecosia à McGill, plus de 18 000 recherches ont été effectuées sur la plateforme », a écrit Miller. « En tant qu’université, nous sommes ravis de contribuer à ce mouvement mondial de reboisement. »