Lululemon, MEC et Arc’teryx s'associent à des marques internationales dans le boycott des publicités Facebook

Les entreprises canadiennes se joignent à une liste croissante de grandes marques internationales promettant de ne pas faire de publicité sur Facebook Inc. en juillet en raison du refus de l’entreprise de faire face à la propagation de contenu haineux sur sa plateforme.Les sociétés de vêtements de sport de Vancouver Lululemon Athletica Inc., Mountain Equipment Co- op et Arc’teryx retirent leurs publicités payées de Facebook et se joignent à un boycott qui a déjà été soutenu par Coca-Cola, Unilever, Honda America, Patagonia et bien d’autres. la Ligue anti-diffamation et l’Association nationale pour l’avancement des personnes de couleur – disent que Facebook n’a pas fait assez pour empêcher les contenus racistes, faux et dangereux ou les suprémacistes blancs de sa plateforme.Ils sont également déçus que la société ait autorisé les utilisateurs à appeler à la violence contre les manifestants luttant pour la justice raciale à la suite de la mort de plusieurs Noirs américains. Le boycott de MEC est entré en vigueur le 25 juin, Il a retiré son contenu organique et payé les publicités de Facebook et Instagram jusqu’à la fin du mois de juillet. La société a déclaré qu’elle souhaitait «faire prendre conscience du contenu raciste et des informations erronées qui sont partagées sur ces plateformes sociales». «Nous demandons à Facebook de renforcer leurs politiques de modération du contenu et les appliquent de façon cohérente », a déclaré MEC dans un communiqué envoyé par courriel à La Presse Canadienne. Pendant ce temps, Lululemon a tweeté son soutien à #StopHateForProfit, disant:« Nous croyons que nous avons tous la responsabilité de créer une société véritablement inclusive et s’engagent activement avec Facebook pour rechercher un changement significatif. »Dans ses tweets soutenant le boycott, Arc’teryx a déclaré que les bénéfices de Facebook« ne valent jamais la promotion de la haine, du sectarisme, du racisme, de l’antisémitisme et de la violence ». Facebook, basé à Menlo Park, Californie et possède également Instagram et Whatsapp, a déclaré dans un communiqué qu’il investit des milliards de dollars chaque année pour assurer la sécurité de sa communauté et travaille en permanence avec des experts extérieurs pour examiner et u La société a déclaré qu’elle s’était ouverte à un audit des droits civiques et avait interdit 250 organisations suprémacistes blanches de Facebook et Instagram. «Les investissements que nous avons faits dans l’intelligence artificielle signifient que nous trouvons près de 90% des discours de haine que nous prenons. avant que les utilisateurs nous le signalent, alors qu’un récent rapport européen a révélé que Facebook a évalué plus de rapports de discours de haine en 24 heures que Twitter et YouTube « , a déclaré la société dans un e-mail. » Nous savons que nous avons plus de travail à faire, et nous continuerons de travailler avec des groupes de défense des droits civiques, l’Alliance mondiale pour des médias responsables et d’autres experts afin de développer encore plus d’outils, de technologies et de politiques pour poursuivre ce combat. »Leur boycott est important car les revenus publicitaires ont généré près de 69,66 milliards de dollars US pour Facebook l’année dernière et Selon la firme de recherche Statista, le plus gros producteur d’argent de la société, cependant, les préoccupations de modération du contenu ont longtemps accablé la société, qui a souvent atterri dans le collimateur des régulateurs alors qu’elle a du mal à bala nce liberté d’expression avec sa responsabilité d’assurer la sécurité des utilisateurs de Facebook.Après que des marques comme Verizon, Eddie Bauer, Levi Strauss and Co. et Mozilla aient retiré leurs annonces de la plateforme, le stock de Facebook a baissé de 8,3% à 216,08 $ US vendredi, son plus grand Les actions ont continué de baisser après l’ouverture des marchés lundi, tombant de 3,65 $ US à 212,43 $ US.

Recevez les dernières nouvelles dans votre boîte de réception

Ne manquez jamais les dernières nouvelles de The Spectator, y compris une couverture à jour sur les coronavirus, avec nos newsletters par e-mail. il vaut 82,3 milliards de dollars et est la quatrième personne la plus riche après Jeff Bezos d’Amazon.com Inc., Bill Gates, cofondateur de Microsoft Corp. et Bernard Arnault, titan de LVMH Moet Hennessy.Ce rapport de La Presse Canadienne a été publié pour la première fois le 29 juin 2020. .

Tags: