L'industrie de la musique est le premier succès, le plus durement touché et le dernier à se redresser

La ministre des Sports, du Tourisme, du Patrimoine et de la Culture de l’Ontario, Lisa MacLeod, a déclaré que son portefeuille, qui comprend l’industrie de la musique, a été le premier touché, le plus durement touché et qu’il faudra le plus de temps pour se remettre du COVID-19.

Ceux qui jouent, produisent ou montent des spectacles en direct ont vu de première main à quel point la pandémie peut être difficile.

Le propriétaire de l’Empire Theatre, Mark Rashotte, dit qu’ils sont dans l’industrie de l’assemblée publique.

« Nous devons pivoter. Comment allons-nous le faire et c’est à ce moment-là que nous entrons dans la partie streaming en direct et que nous investissons massivement. Nous n’avions pas d’argent à venir, mais dépensons beaucoup d’argent pour acheter des caméras et des commutateurs supplémentaires, etc. Je suis heureux d’avoir fait plus de 60 émissions depuis août.  »

L’Empire Theatre s’est tourné vers les concerts en direct pour soutenir les arts et le personnel du théâtre.

Des artistes locaux, des musiciens nationaux et même internationaux ont honoré la scène pendant la pandémie.

Rashotte dit que la saison des festivals de cet été n’aura pas lieu et qu’elle sera similaire à l’année dernière. Il espère cependant que les choses commenceront lentement à changer.

« J’espère pour les émissions que nous avions réservées à l’automne. Certains grands spectacles réservés avec des billets déjà vendus, il y a des spectacles que nous avons déménagés, déplacés et déménagés à nouveau, pour essayer de rester en tête là où nous pensons que cela va être réaliste. Cela pourrait changer tous les jours, mais je suis convaincu que nous serons probablement en bonne forme d’ici novembre.  »

Plus ci-dessous

Mark Rashotte, propriétaire de l’Empire Theatre

Il dit comprendre qu’il s’agit d’une cible mouvante, mais les nouvelles les plus récentes sont difficiles.

Pendant les quatre prochaines semaines, la diffusion en direct d’émissions virtuelles est interdite, même si la salle est vide.

« Tout à coup, nous ne pouvons plus faire de diffusion en direct ou avoir des gens sur place. Je veux dire que nous avons 700 sièges et que nous n’avons pu avoir que 50 personnes maximum dans le bâtiment. Nous avons fait toutes les bonnes choses.  »

Rashotte a ajouté que la partie la plus difficile est que les autres industries sont autorisées à avoir une capacité de 15, 25 ou 50%.

Un lien vers l’Empire Theatre de Belleville est disponible en CLIQUANT ICI

Quinte News)