La Haute Cour du Karnataka annule l'imposition de redevances sur Google Inde; Demande à l'ITAT de réfléchir à nouveau

En réparation à Google India Private Limited, la Haute Cour du Karnataka a annulé l’ordonnance du Tribunal d’appel de l’impôt sur le revenu (IATA) imposant des redevances pour le « programme Adwords ». Le tribunal a renvoyé l’affaire au tribunal pour un nouvel examen.

Un banc de division de Jusitce Satish Chandra Sharma et Le juge S Vishwajith Shetty a accueilli l’appel interjeté par la société et a ordonné aux parties de comparaître devant le Tribunal le 3.5.2021. Le tribunal a demandé au tribunal de faire tout son possible pour trancher la question à une date antérieure. est une société constituée en vertu de la loi de 1956 sur les sociétés. Elle a été constituée pour fournir des services de support back-end aux entreprises associées étrangères et, à ce titre, est engagée dans des activités de technologie de l’information et de services informatiques externalisés à l’échelle mondiale.. Elle est également un distributeur non exclusif de l’espace publicitaire en ligne dans le cadre du « programme AdWords » auprès des annonceurs en Inde.

En 2004, la société appelante a conclu un accord IT Enables Services avec Google Ireland Limited et l’appelant a créé sa division IT Enabled Services pour la fourniture de IT Enables Services, qui consistait principalement à fournir des services d’assistance dans l’administration des directives éditoriales de Google en ce qui concerne aux publicités mondiales et répondre aux requêtes des clients du monde entier. L’appelant en vertu dudit accord a rendu des services externalisés pour lesquels l’appelant est rémunéré séparément par Google Ireland Limited.

L’agent évaluateur a engagé une procédure en vertu des articles 201 et 201 (1A) de la Loi de l’impôt sur le revenu, 1961, voir avis daté du 20 novembre 2012 pour l’année d’imposition 2007-08 et dans ledit avis, l’agent évaluateur s’est référé à l’ordonnance d’évaluation datée du 30.11.2011 en vertu de l’article 143 (3) de la loi sur les technologies de l’information adoptée dans le cas de l’appelant pour l’année d’imposition 2008-2009 par le commissaire supplémentaire de l’impôt sur le revenu, plage-11, dans lequel le rejet en vertu de l’article 40 (a) (i) de la loi informatique a été faite en raison de la non-déduction de l’impôt à la source pour les sommes dues par l’appelant à Google Ireland en vertu du contrat de distribution.2.2013 pour les années d’évaluation 2007-08 à 2012-13, a adopté une ordonnance en vertu des articles 201 (1) et 201 (1A) de la loi sur les technologies de l’information, déterminant ainsi l’appelant comme « évalué en défaut  ». au titre de la non-déduction de l’impôt à la source pour les sommes dues à Google Ireland en tant que « redevance pour les droits de distribution » et, par conséquent, la saisie d’une obligation fiscale de 7,40,47,853 INR pour l’année d’imposition 2007-08.2.2013 adoptée par l’agent évaluateur pour les années d’imposition 2007-08 à 2012-13 a préféré un appel devant le commissaire à l’impôt sur le revenu (Appels) et l’appel a été rejeté par une ordonnance datée du 20.9.2013 par l’autorité d’appel. L’appelant évalué par la suite a déposé une demande devant le Tribunal qui, par ordonnance du 23.10.2017, a rejeté l’appel. Soumission effectuée au nom de Google :

L’avocat principal S Ganesh a soutenu que le Tribunal n’a à aucun moment examiné les documents déposés par la personne évaluée. En outre, il a déclaré que les documents déposés par la personne évaluée n’avaient pas été examinés et que le Tribunal avait adopté une approche totalement différente en menant une recherche et que le matériel après avoir mené la recherche sur diverses plates-formes était à la base de le jugement rendu par le Tribunal.

Il a soutenu qu’il est une proposition de droit bien établie que si un document ou un document est invoqué, il doit être remis à toutes les parties, sinon cela équivaut à une violation des principes de justice naturelle et de fair-play.

L’avocat a également affirmé que les documents recueillis derrière le dos de la personne évaluée avaient été utilisés et invoqués par le Tribunal et que, par conséquent, les mêmes équivalaient à une violation des principes de justice naturelle et de fair-play, par conséquent, l’affaire devrait être renvoyée au Tribunal si elle le permet. les parties doivent soulever tous les motifs possibles tout en débattant de nouveau la question.

Soumission faite par le Département de l’impôt sur le revenu :V. ARAVIND comparaissant pour le ministère a fait valoir que le matériel qui

a été invoquée par le Tribunal est disponible sur Internet et simplement parce que le matériel disponible sur Internet n’a pas été donné à la personne évaluée, cela ne signifie pas qu’il y a violation de la justice naturelle et du fair-play. Il s’est opposé à la prière pour renvoyer l’affaire au tribunal. Conclusions de la Cour :

Après avoir examiné l’ordonnance rendue par le tribunal et les dispositions pertinentes de la Cour de l’impôt sur le revenu, le banc a déclaré : « De l’avis réfléchi de cette Cour, en tenant compte de la règle 29 des Règles de l’impôt sur le revenu (tribunal d’appel), 1963 et en respectant considérant le fait que les documents sur la base desquels l’ordonnance a été rendue n’ont à aucun moment été fournis à l’appelant, l’ordonnance rendue par le Tribunal viole certainement les principes de justice naturelle et de fair-play puisque l’appelant n’a pas été accordé une occasion de réfuter de nouvelles preuves, en particulier lorsque ces preuves étaient basées sur une étude de Google.  » Il a ajouté : « Les détails des documents n’ont pas non plus été reflétés dans l’ordonnance rendue par le Tribunal et, par conséquent, notre Cour est d’avis qu’en raison de la violation des principes de justice naturelle et de fair-play, l’affaire mérite d’être renvoyée. au Tribunal pour une nouvelle audition conformément à la loi.  » En conséquence, le tribunal a noté : « À la lumière de ce qui précède, les questions reçoivent une réponse en faveur de la personne évaluée et contre les revenus et les autres questions sont laissées en suspens. En conséquence, l’appel est accueilli. L’ordonnance rendue par le Tribunal est annulée. L’affaire est renvoyée devant le Tribunal pour une nouvelle décision conformément à la loi. « 5.2021 et dans un délai de 15 jours, l’appelant sera libre de déposer les documents / documents supplémentaires à l’appui de ses affirmations et les recettes seront également libres de déposer des documents / observations supplémentaires à l’appui. de leurs affirmations. Dans le cas où le Tribunal se fonde sur tout autre élément, celui-ci doit également être mis à la disposition de la personne évaluée / appelante ainsi que de l’avocat chargé des recettes avant de passer une ordonnance finale. Le Tribunal est prié de faire tout son possible pour trancher la question à une date antérieure.

Tags: