La guerre contre la drogue a échoué ; maintenant apprivoiser le monstre

Concernant l’article déchirant ( » Les décès par surdose aux États-Unis en 2020 ont atteint 93K « , 15 juillet)  : après 50 ans de guerre contre la drogue, avec des milliards dépensés par les États-Unis pour l’aide militaire et l’intervention politique provoquant une violence indicible dans d’autres pays, et la mort et l’incarcération de masse dans la nôtre, voilà le résultat. Peut-être devons-nous chercher une solution plus efficace et plus humaine. N’avons-nous rien appris de l’interdiction de l’alcool ? Dépénaliser l’héroïne pour en réguler la qualité et la distribution.

Les consommateurs connaîtraient alors la force qu’ils achètent. La décriminalisation empêcherait également les fabricants et les revendeurs illégaux de contaminer le produit avec d’autres substances toxiques. L’héroïne est une substance assez bénigne en soi.

Le monstre a été créé en le reléguant au marché noir. La dépénalisation en retirerait le profit. Serait-il préférable que personne ne ressente le besoin d’apaiser sa douleur avec de l’héroïne ? Bien sûr.

Mais jusqu’à ce que nous puissions trouver ce monde meilleur, s’il vous plaît, trouvons un meilleur moyen. Merci pour votre éditorial réfléchi et bien intitulé ( » La résistance aux vaccins met tout le monde en danger « , Notre point de vue, 16 juillet). Ceux qui s’opposent aux vaccins qui contractent le COVID-19 mettent en danger non seulement les non vaccinés qui les entourent, mais aussi les travailleurs de la santé qui les soignent.

Les personnes influencées par la désinformation sur les vaccins sur les réseaux sociaux – dont les deux tiers remontent manifestement à des publications de seulement 12 personnes – sapent la santé publique de tous. La télévision et la radio de l’aile ont dominé les années 1950. En une semaine où les cas américains de COVID-19 ont atteint 34 millions avec 608 000 décès, les sondages montrent que les républicains sont plus susceptibles que les démocrates de rester non vaccinés avec une marge de 7 contre 1.

Il est plus que temps de combattre le virus, pas les uns contre les autres. Plus de républicains devraient se rappeler ce qu’ils savaient autrefois ainsi que les démocrates  : lorsqu’il s’agit de santé publique, nous sommes tous dans le même bateau. les personnes mêmes que nous élisons pour nous représenter.

Après avoir tout mis dans le moteur de recherche, le plus que j’ai obtenu était les versions courtes des réunions du conseil municipal passées. J’ai vu une belle boîte bleue avec  » transparence  » écrite sur ce que je considérais comme un coup de soleil. J’aurais cliqué dessus, mais tout en dessous aurait pu être invisible.

Le service des technologies de l’information de la ville devrait être chargé de faire en sorte que l’un des carrés bleus ait les coordonnées des conseillers municipaux sous celui-ci ou de fixer les informations de contact à un endroit où M. Einstein n’aurait pas à comprendre la loi de la relativité pour le trouver s’il était toujours vivant.