Google explore un outil de dossier de santé pour les patients

Après 13 ans, Google revient pour les dossiers de santé des patients. Le géant de la technologie a lancé un premier programme de rétroaction des utilisateurs visant à explorer comment les patients pourraient souhaiter voir, organiser et partager leurs propres données de dossier médical.

Ces travaux pourraient contribuer à la création d’un outil de gestion des dossiers médicaux destiné aux consommateurs, sur le modèle de l’application Health Records d’Apple. Cela fait également suite à une première tentative de Google – plus tard examinée par des experts médicaux – de créer une nouvelle version du dossier médical électronique en 2008. Cette fois-ci, le moment est peut-être du côté de l’entreprise : son nouvel effort, qui n’en est encore qu’à ses débuts. étapes, sont intervenus dans la foulée de l’introduction de la règle fédérale de blocage des informations, qui permet aux patients d’accéder à leurs dossiers médicaux via des applications de santé.

Google recrute actuellement environ 300 patients pour son étude sur les dossiers médicaux dans des établissements de santé communautaires et des centres médicaux universitaires du nord de la Californie, d’Atlanta et de Chicago, qui utilisent Epic comme fournisseur de dossiers médicaux. L’étude n’est ouverte qu’aux patients qui utilisent des appareils Android.

publicité

Dans un communiqué, un porte-parole de Google a déclaré que la société « exécutait un programme de commentaires des utilisateurs pour tester des fonctionnalités qui permettent aux utilisateurs de collecter des informations sur la santé à partir des portails patients de leurs fournisseurs », et a ajouté que toutes les données de santé collectées dans le cadre du programme de commentaires seront ne pas être vendu ou utilisé pour les annonces Google. Les informations seront cryptées et stockées dans le cloud, a déclaré le porte-parole.

Bien que le géant de la technologie ne s’associe directement à aucune organisation pour le programme, il a contacté au moins quatre systèmes de santé pour les alerter de l’effort, y compris l’Université de Californie à Davis; UCSF; Alameda Health System à Oakland, Californie; et Access Community Health Network à Chicago.

publicité

Bob Wachter, qui dirige le département de médecine de l’UCSF et a conseillé Google sur son travail sur les dossiers de santé à titre non compensatoire, a déclaré à STAT qu’il était impressionné mais pas époustouflé par la dernière initiative de la société en matière de dossiers de santé.

« Cela n’a pas fait tomber mes chaussettes », a-t-il dit, mais « je pense qu’ils le font de manière réfléchie, mesurée et mature. Et il semble qu’ils progressent.  »

Cette décision fait suite aux autres travaux récents de Google sur les dossiers médicaux dans Care Studio, un outil de recherche qui aide les cliniciens à naviguer dans les dossiers médicaux des patients. Plus tôt ce mois-ci, le géant de la technologie a nommé Beth Israel Deaconess Medical Center son deuxième partenaire hospitalier, rejoignant la chaîne hospitalière Ascension dans le cadre du programme pilote. Cet effort a suscité des critiques généralisées sur l’accord de partage de données sur les patients des organisations, qui, selon Google et Ascension, était conforme aux règles fédérales de confidentialité des données de santé.

Dans les mois à venir, Wachter a déclaré qu’il espérait voir Google ajouter plus de fonctionnalités à Care Studio, par exemple en facilitant l’intégration de son flux de travail et en incorporant plus de fonctionnalités visant à améliorer les soins aux patients.

Wachter, ayant conseillé les entreprises technologiques sur leurs efforts en matière de santé depuis le début des années 2000, a déclaré avoir vu un certain nombre de géants de la technologie, dont Google, essayer et échouer à créer de nouvelles versions du dossier de santé électronique (DSE). Pour l’avenir, il espère voir davantage d’entreprises adopter une approche similaire à l’effort le plus récent de Google, qui construit essentiellement des outils d’assistance qui s’ajoutent au DSE existant, plutôt que d’essayer de réinventer la roue.

« Je pense que nous entrons dans une ère où nous avons notre DSE, mais il existe des outils qui nous aident à l’utiliser de manière plus efficace, plus rapide et plus sûre. »

Tags: