Google pourrait éviter un procès antitrust en France

En 2019, de grands éditeurs de presse, dont Le Figaro et le groupe Rossel, ont déposé une plainte contre Google en France auprès de l’autorité de la concurrence. Le géant du web est accusé d’avoir abusé d’une position dominante sur le marché de la publicité en ligne. Selon Les Échos, l’entreprise valoriserait « ses propres outils dans la chaîne complexe de médiation technique entre annonceurs et éditeurs ».

Plus de deux ans plus tard, l’affaire a enfin bien progressé et l’enquête est même en voie de s’achever. De son côté, le Wall Street Journal a indiqué que Google avait proposé un règlement à l’amiable à l’autorité de la concurrence pour éviter un procès antitrust.

Google a déjà été sanctionné par l’autorité de la concurrence

L’entreprise accepterait de payer une amende et de modifier certaines de ses pratiques qui auraient une incidence sur la concurrence. Cependant, rien n’indique que cette proposition sera adoptée. En effet, il faut attendre la décision de l’Autorité de Gestion Indépendante à ce sujet.
L’entreprise explique : « Nos technologies publicitaires fonctionnent aussi bien avec les offres de nos partenaires que de nos concurrents, dont plus de 700 plateformes côté annonceur et 80 plateformes côté éditeur. Nous investissons dans cette industrie car elle joue un rôle important dans l’accès au contenu financé par la publicité en ligne. Nous écoutons les commentaires et continuons à apporter des changements pour mieux servir les utilisateurs et l’écosystème au sens large.

Pour rappel : en 2019, l’autorité de la concurrence avait déjà condamné Google à une amende de 150 millions d’euros et leur a demandé de clarifier le fonctionnement de la plateforme Google Ads. Tout faisait en fait partie d’une suspension du compte Gibmedia dans le réseau publicitaire. La société l’a alors jugée ni objective, ni opaque, ni discriminatoire avant de décider de poursuivre le géant de la technologie.

Tags: