Entretien avec l'expert en création de liens Higel Emmanuel d'Ereferer

L’année dernière, Google a surpris le monde du référencement avec des nouvelles sur la mise en œuvre de nouveaux types de liens SEO.Je fais bien sûr référence aux liens sponsorisés et à l’UGC qui sont venus rejoindre les attributs nofollow et dofollow existants pour se développer (ou perturber ) un paysage SEO déjà en évolution.Pour explorer ce sujet, j’ai parlé avec un expert dans le domaine.Qui est Higel Emmanuel ?En tant que meilleur expert en brevets de Google dans le domaine du référencement, Higel Emmanuel a plus de 13 ans d’expérience et est sans aucun doute l’une des figures les plus importantes dans son domaine. Son travail comprend des partenariats avec des marques Fortune 500 et certains des plus grands sites Web du monde. Aujourd’hui, il est co-fondateur et directeur d’Ereferer, un marché de création de liens. Nous avons eu l’occasion de parler avec Higel et de lui demander ce que signifie faire du référencement aujourd’hui et quel sera l’avenir de la création de liens.Quels types de liens SEO sont actuellement les meilleurs pour un projet ? Si nous nous référons aux attributs de lien, sans aucun doute les meilleurs sont toujours ceux qui ne sont marqués d’aucun attribut, c’est-à-dire ceux que nous appelons habituellement dofollow, ce qui ne veut pas dire que nofollow, UGC ou sponsorisé sont inutiles. Ils ont aussi leur place et leur utilisation, que je vais expliquer dans la réponse suivante.Si nous regardons d’autres propriétés de lien, comme la page où se trouve le lien ou son texte d’ancrage, dans ce cas les liens idéaux sont ceux que nous placer sur une page vers un domaine qui est pertinent pour notre site Web, à condition que la page et le lien en question aient une certaine autorité.Il est important de spécifier cette dernière car une page avec peu d’autorité et qui a également un grand nombre de liens sortants – par exemple, 100 – ne transfère presque certainement pas de « jus de lien » vers les pages liées (puisque, selon l’algorithme de PageRank, l’autorité qu’une page peut transférer est divisée par le nombre total de liens sortants qu’elle contient, qu’ils soient dofollow ou non). de la même manière, l’autorité qui compte est celle de la page spécifique où le lien est placé, et pas tant celle du domaine (qui est un agrégat de toutes ses pages) .Si un domaine a beaucoup d’autorité, mais le L’URL qui nous relie à elle est de nombreux clics a loin de la page d’accueil ou, pire, orpheline et ne contenant pas de backlinks d’autres domaines, cette URL n’aura que peu d’autorité pour transférer. C’est quelque chose que, à mon avis, beaucoup de gens ignorent. Ils sont trop guidés par des métriques d’autorité de domaine telles que DA, qui ne sont pas mauvaises en tant qu’approximation générale mais qui ne vous disent rien sur l’URL spécifique où se trouve le lien. Et tout cela, sans entrer dans le fait que Google aujourd’hui utilise probablement une variété de PageRank plus avancée, avec un système de pages de départ et un graphe de liens réduit, selon lequel seuls les liens avec les distances les plus courtes de ces semences comptent pour véhiculer une autorité.En ce qui concerne l’ancre, je préfère le texte d’ancrage de la marque, ou du moins qu’ils sont naturels et diversifiés. Je ne pense pas qu’il soit souhaitable d’abuser du texte d’ancrage du « mot-clé argent », car cela peut indiquer que nous essayons de manipuler le classement de ce mot-clé.Quel est le profil de lien idéal selon vous ? Croyez-vous au ratio Nofollow: Dofollow, ou est-ce un mythe ? Je pense que le pourcentage de liens dofollow par rapport aux liens nofollow est un signe de la santé du profil de lien d’un site, c’est-à-dire que si vous avez 10000 liens dofollow et 0 lien nofollow, cela envoie à Google un signal peu naturel. Par conséquent, Google peut attribuer un « drapeau » rouge ou associer peu de crédibilité à votre site. Mais je pense qu’il n’y a pas de pourcentage « idéal » de liens nofollow et dofollow qui classeront votre site plus haut.

C’est plutôt un piège négatif dans lequel vous pourriez tomber si vous faites l’erreur d’avoir peu ou pas de liens nofollow dans votre profil de backlink.En ce qui concerne les autres caractéristiques que le profil de lien idéal pourrait avoir, encore une fois, il est plus facile de définir comment il ne devrait pas être Par exemple, il ne me semble pas naturel d’avoir un profil qui n’inclut pas de liens de sites Web sur le même sujet, mais uniquement des liens de sites Web de différentes niches ou de sites Web généraux couvrant un large Nous tombons souvent dans ce piège, d’abord parce que ces types de liens sont généralement faciles à acheter, et ensuite parce que l’autorité du domaine est généralement plus valorisée que l’affinité thématique de la page et du domaine qui nous relie. Dans mon profil idéal, j’inclurais plus de liens provenant de sites Web thématiques connexes et moins de sites faisant autorité avec des thèmes généraux.Pouvez-vous nous dire quel est le panorama en termes de création de liens avec le nouveau UGC et les attributs sponsorisés ? En ce qui concerne la création de liens, je crois sincèrement que le panorama va changer un peu: toute personne qui crée ou acquiert des liens pour améliorer son classement dans Google continuera à utiliser les liens dofollow chaque fois qu’elle le pourra, c’est-à-dire qu’en général, ce ne sera pas le cas. marqué comme sponsorisé, UGC ou nofollow. Cependant, les constructeurs de liens les plus expérimentés utiliseront chacun de ces 3 attributs pour donner de la variété et du naturel à leur profil de lien, précisément pour la raison que j’ai donnée dans la réponse précédente.Google n’a pas précisé son positionnement par rapport à ces nouveaux attributs.Pourquoi pensez-vous que Google a créé différents types de liens ?Eh bien, pour l’instant, nous ne pouvons que spéculer, mais à mon avis, le fait que dofollow et nofollow étaient « tout ou rien » affaiblissait la capacité de Google à connaître et à classer le Web en fonction des liens, car de nombreux sites Web (y compris les grands médias comme Forbes ou le Huffington Post) avaient décidé de marquer tous leurs liens sortants comme nofollow et Google ne pouvait pas « voir » ou continuer à explorer ces liens nofollow. La raison pour laquelle 100% de leurs liens étaient marqués comme nofollow était claire Bref, je pense que ce changement profite à Google. Si ce n’était pas le cas, il n’aurait pas été introduit.Avec ces derniers changements de Google dans les attributs, qu’adviendra-t-il des plates-formes d’achat de liens ? Ces plates-formes continueront d’exister, si elles l’ont fait auparavant, elles continueront à le faire maintenant. En gros, rien ne se passe. Google peut décider des règles de fonctionnement de son moteur de recherche, mais ce n’est pas la police ou le gouvernement Internet. Ce que font la plate-forme de création de liens ou les marchés n’est pas illégal. Ils relient simplement les acheteurs aux vendeurs.ConclusionMa principale conclusion est que nous ne devons pas faire de création de liens agressive et imprudente, mais plutôt essayer de créer un profil de lien naturel qui va de pair avec un contenu digne de ces liens.Google a toujours désapprouvé la manipulation excessive des classements via Sa dernière incitation a été l’introduction de l’UGC et des attributs sponsorisés et la possibilité que ces liens, ainsi que le nofollow, puissent être pris en compte à des fins de classement si Google le juge nécessaire. Nous ne savons toujours pas comment l’algorithme est programmé pour voir et peser ces différents types de liens. Google ne l’a pas divulgué, mais c’est un moyen pour Google de s’assurer qu’il a plus de contrôle lors de l’utilisation de backlinks comme signal pour classer les pages Web.

Tags: