EGD : les habitants de la Silicon Valley doivent contribuer à interdire la publicité de surveillance

Selon la psychologue sociale Shoshana Zuboff, dans son livre The Age of Surveillance Capitalism, en 2001, des cadres technologiques cherchant à sauver leurs entreprises du buste dot com qui s’ensuivit, se sont rencontrés au cœur du comté de Santa Clara et ont conçu les bases du modèle publicitaire omniprésent de notre temps : la publicité de surveillance.
Nous abandonnons un peu – en fait, beaucoup – à propos de nous-mêmes et de notre comportement en ligne en échange de publicités apparemment meilleures. Il est devenu synonyme des entités qui l’ont perfectionné pour des milliards de dollars : Facebook, Amazon, Twitter et, bien sûr, ses parents aimants, Google.

Récemment, lors d’une audition devant le Congrès avec les PDG de trois de ces entreprises – Jack Dorsey de Twitter, Mark Zuckerberg de Facebook et Sundar Pichai de Google – notre propre représentante Anna Eshoo a fait quelque chose d’assez peu orthodoxe pour la politique américaine. Deux des hommes, Zuckerberg et Pichai, résident dans son quartier et sont sans aucun doute deux de ses électeurs les plus influents, mais cela ne l’a pas empêchée de déclarer son intention de frapper au cœur de leur fortune :
« Les publications les plus engageantes sont souvent celles qui provoquent la peur, l’anxiété, la colère et qui incluent la désinformation mortelle et mortelle. C’est dangereux et c’est la raison pour laquelle le représentant Schakowsky et moi-même élaborons un projet de loi visant à interdire ce modèle commercial de publicité de surveillance.  »

Son commentaire est intervenu quelques jours à peine après qu’une coalition d’organisations militantes ait appelé à une telle interdiction. (Divulgation : j’ai fondé la Citizens Privacy Coalition of Santa Clara County, un membre de la coalition).

Dans une interview que j’ai menée avec l’organisateur de la coalition, Jesse Lehrich de Accountable Tech, il a expliqué exactement pourquoi la publicité de surveillance est si dangereuse.

« L’ensemble du modèle commercial est optimisé pour un engagement maximal afin qu’ils puissent garder les gens sur les plates-formes le plus longtemps possible et leur proposer des publicités plus ciblées », a-t-il déclaré. « Donc, bien souvent, cela se traduit par une poussée des gens vers des contenus de plus en plus extrêmes. »

La coalition cite une enquête de janvier dans laquelle 81% des personnes interrogées ont indiqué qu’elles soutiendraient l’interdiction des entreprises « de collecter les données personnelles des gens et de les utiliser pour les cibler avec des publicités ».

Ces données sont étayées par le fait que seulement 4% des utilisateurs d’iPhone aux États-Unis ont accepté d’autoriser les applications à suivre leur activité dans d’autres applications sur leur téléphone. Apple a offert cette option aux utilisateurs à la fin du mois dernier.

Quelques exemples clairs des dangers qui inquiètent probablement tant de gens proviennent des enquêtes du Tech Transparency Project (TTP). En janvier, ils ont montré que Facebook autorisait la publicité d’équipements militaires auprès d’utilisateurs connus pour consommer du contenu extrémiste. De plus, de nombreuses publicités ont été diffusées à côté de messages concernant l’insurrection du Capitole.

La semaine dernière, TTP a montré qu’il était possible de cibler sur Facebook les mineurs intéressés par la « perte de poids extrême » et les « aliments diététiques » avec des publicités encourageant les troubles de l’alimentation. De plus, d’autres publicités ont été approuvées, ciblant également les mineurs, faisant la promotion du vapotage, des rencontres, des jeux d’argent, de la drogue et de l’alcool. Dans la publication de sa recherche, TTP a conclu que Facebook est « positionné pour profiter de messages nuisibles… destinés à une tranche d’âge vulnérable ».

Lehrich a peut-être vu de plus près les effets négatifs de la publicité de surveillance. Il m’a raconté ses expériences en tant que membre du personnel de la campagne Clinton 2016.

« J’étais en quelque sorte confronté directement aux campagnes d’influence étrangère et à la manipulation des plates-formes de médias sociaux et de la guerre de l’information en général et je voyais l’effet que cela a sur notre démocratie », a-t-il déclaré. « Depuis lors, je suis tout simplement conscient de l’effet que les plates-formes de médias sociaux et le flux moderne d’informations ont sur la démocratie et la société dans son ensemble. »

Cette expérience explique sa réaction peut-être inhabituelle à l’insurrection du 6 janvier au Capitole. Dans un éditorial publié peu de temps après l’attaque, il a déclaré : « Comme un présentateur de nouvelles après un autre a exprimé son choc, j’ai continué à marmonner involontairement, puis à crier, la même chose : » Que pensiez-vous qu’il allait se passer ?  »

Maintenant, nous avons tous traité des effets de la publicité de surveillance de première main et peut-être pouvons-nous raisonnablement prédire ce qui se passera si elle est autorisée à continuer. En tant que résidents de la Silicon Valley – ou plutôt de Surveillance Valley – nous avons une obligation unique de soutenir le mouvement visant à interdire la publicité de surveillance.

Pour exprimer votre soutien à Eshoo pour sa prochaine facture, appelez le 650-323-2984.

Si vous êtes représenté par le représentant Ro Khanna et que vous souhaitez qu’il soutienne cette initiative, son bureau peut être joint au 408-436-2720. Si vous êtes représenté par la représentante Zoe Lofgren et souhaitez qu’elle soutienne cette initiative, son bureau peut être joint au 408-271-8700.

Ethan Gregory Dodge, chroniqueur de San José Spotlight, est le fondateur de la Citizens Privacy Coalition du comté de Santa Clara. Il est également le créateur de Surveillance Today. Ses chroniques apparaissent tous les deuxièmes mercredis du mois. Contactez Ethan au [email protected] ou suivez @egd_io sur Twitter.

Tags: