Donald Trump contre Mark Zuckerberg, Jack Dorsey et Sundar Pichai : l'ancien président américain poursuit Facebook, Youtube et Twitter pour censure présumée

Donald Trump n’a pas encore fini de s’en prendre aux réseaux de médias sociaux puisqu’il a déposé de nouvelles poursuites contre Facebook, Youtube et sa société mère, Google et Twitter.

Le mercredi 7 juillet, les recours collectifs proposés ciblent Facebook et son PDG Mark Zuckerberg et Twitter et son PDG Jack Dorsey, ainsi que YouTube et le PDG de sa société mère Sundar Pichai.

Michael M. Santiago/

Google et Twitter pour des allégations de censure. C’est maintenant la prochaine phase de sa bataille contre lesdites sociétés après la clôture de ses comptes.

Déposées dans le district sud de la Floride, les poursuites vont à l’encontre de ce que Trump appelle « une censure du peuple américain », comme il l’a déclaré lors d’une conférence de presse à Bedminster, New Jersey. Selon les propres mots de Trump, « Nous exigeons la fin de l’interdiction de l’ombre, l’arrêt du silence et l’arrêt de la liste noire, du bannissement et de l’annulation que vous connaissez si bien »,

Les poursuites allèguent que Facebook, Google et Twitter ont violé les droits de l’ancien président en vertu du premier amendement lorsqu’ils ont interdit les comptes de Trump sur lesdites plateformes. En outre, le camp Trump a fait valoir que Facebook, en particulier, ne devrait plus être classé comme une entreprise privée mais plutôt comme un soi-disant « acteur étatique ».

Cela pourrait signifier que Facebook verrait alors ses actions restreintes conformément aux dispositions du premier amendement sur la restriction de la liberté d’expression si les poursuites judiciaires aboutissent.

Lire aussi : Facebook prévoit de modifier de force votre profil – Ceci est l’avertissement de F.B. à ceux qui enfreignent ses règles et règlements

Trump et ses  » batailles  » sur les réseaux sociaux

Pour ceux qui ne le savent toujours pas, l’ancien président américain a été impliqué dans l’insurrection de Capitol Hill le 6 janvier dernier, beaucoup affirmant que Trump aurait encouragé l’attaque. Il convient également de noter que Trump est également extrêmement actif sur les réseaux sociaux, en particulier sur Twitter et Facebook, où se trouvent des millions de ses followers.

Avishek Das/SOPA Images/

INDE – 2021/06/09 :, les logos Facebook sont affichés sur une tablette Android.

Mais son camp qui distingue Facebook dans les poursuites est un peu à l’écart, étant donné qu’il n’y est pas aussi actif que sur Twitter.

Cependant, l’interdiction de Facebook ne durera que jusqu’en 2023. Son interdiction de Twitter, cependant, est une toute autre histoire.

L’ancien président est banni de Twitter à vie, et on ne sait pas s’il pourra y être réintégré, écrit TechCrunch.

Si Trump gagne, les sociétés de médias sociaux susmentionnées devront verser des « dommages-intérêts compensatoires et punitifs ».

Réintégrations possibles ?

Comme mentionné précédemment, l’interdiction de Facebook sur Donald Trump n’est que temporaire. En fait, l’interdiction pourrait en fait être annulée beaucoup plus rapidement que prévu puisque la société en délibère actuellement via le Facebook Oversight Board. Quant à Google, ils ont déclaré que l’ancien président avait une chance de revenir, à condition de déterminer que « le risque de violence a diminué », écrit CNET.

Pour l’instant, Trump a dû recourir à d’autres options pour partager ses déclarations, comme un blog WordPress. Le blog a été lancé le 4 mai dernier et était sa façon d’exprimer ses opinions au public. Mais seulement 29 jours après son lancement, le blog WordPress de Trump a été fermé en raison d’un grave manque de lecteurs.

On dirait qu’il ne s’y attendait pas.

En rapport: Appli « Réseaux sociaux » de Donald Trump  : ce que vous devez savoir sur le « Changer de jeu »

Cet article est la propriété de Tech Times

Écrit par RJ Pierce

Ne pas reproduire sans permission.

Tags: ,