Des dizaines de sites de médias iraniens dévorés par le Grand Satan, apparemment • The Register

Près de trois douzaines de sites Web de médias iraniens ont apparemment été supprimés par le gouvernement américain.

Retrait à court terme : à quoi ressemble l’un des sites Web confisqués… Source : site Web de PressTV.

Al-Masirah, Al-Alam et Al-Maalomah, la télévision bahreïnienne Laluua, et d’autres, ont tous affiché un message disant que le des sites avaient été saisis par le Bureau américain de l’industrie et de la sécurité, l’Office of Export Enforcement et le FBI.

Jusqu’à présent, les mesures d’exécution semblent avoir eu un succès limité. La plupart des points de vente sont simplement passés aux domaines.ir, et PressTV fonctionne également désormais à partir d’un domaine.co.uk, bien que l’on soupçonne que l’un ne durera pas longtemps non plus. La station a blâmé le gouvernement américain.

Le gouvernement américain ne dit rien pour le moment bien que de nombreuses sources anonymes aient confirmé aux médias américains que c’était bien l’Oncle Sam qui avait fait le pas. Il a été dit que les sites ont été réquisitionnés pour diffuser de la désinformation et de la propagande.

La confiscation intervient le lendemain de l’élection par l’Iran du conservateur pur et dur Ebrahim Raisi à la présidence, un échelon en dessous du guide suprême dans la chaîne du leadership. Il a été élu avec plus de 60% des voix après que ses sérieux rivaux, qui étaient des candidats modérés, se soient vu interdire de se présenter, lui laissant vaincre Hassan Rouhani, le président sortant. Le taux de participation global était d’un peu moins de 50 pour cent.

Dans son discours d’acceptation lundi, Raisi a promis de ne pas rencontrer le président Biden, s’est engagé à maintenir le programme de missiles balistiques de l’Iran et a déclaré que les États-Unis – surnommés « le Grand Satan » par feu l’ayatollah Khomeini – « sont obligés de lever toutes les sanctions oppressives. contre l’Iran.

Il ne semble pas que cela fonctionne trop bien pour lui jusqu’à présent. ®