Décomposer la nouvelle règle d'avertissement de Google Ads

Google Ads a récemment lancé un programme pilote pour lutter contre les violations répétées des règles. À partir de septembre, les annonceurs qui enfreignent continuellement les politiques publicitaires subiront des conséquences telles que des pauses de compte et des suspensions indéfinies. Google a longtemps annulé les publicités qui enfreignent ses règles, mais les répercussions étaient par ailleurs légères ou inexistantes.

Mais dans son annonce de juillet, Google augmente les ramifications, déclarant: « Google s’engage à créer une expérience publicitaire digne de confiance pour les utilisateurs, les annonceurs et les éditeurs ».

Le système utilisera des  » grèves  » pour attribuer des pénalités. Citant l’annonce de Google  :

Avertissement

    • Gâchette. Première instance de contenu publicitaire enfreignant nos politiques d’activation des comportements malhonnêtes, des substances non approuvées et des produits ou services dangereux
    • Peine. Aucune pénalité au-delà de la suppression des annonces concernées

Premier coup

    • Gâchette. Violation de la même politique pour laquelle vous avez reçu un avertissement dans les 90 jours
    • Peine. Le compte sera temporairement suspendu pendant trois jours, au cours desquels les annonces ne pourront pas être diffusées

Deuxième grève

    • Gâchette. Violation de la même politique… dans les 90 jours suivant la première grève
    • Peine. Le compte sera temporairement suspendu pendant sept jours, au cours desquels les annonces ne pourront pas être diffusées. Cela servira de dernier et dernier avis à l’annonceur pour éviter la suspension de son compte

Troisième grève

    • Gâchette. Violation de la même politique… dans les 90 jours suivant la deuxième grève
    • Peine. Suspension de compte pour violation répétée de nos politiques

Le système signalera ces violations  :

Les annonceurs peuvent faire appel des violations, supprimer un avertissement ou un avertissement. Et le nouveau système s’applique uniquement au contenu interdit, pas aux violations telles que la ponctuation excessive ou les URL de destination non fonctionnelles.

Impact sur les annonceurs

Tout d’abord, les annonceurs doivent toujours respecter les règles de Google. La plupart le font. Le nouveau système vise les récidivistes.

La plupart des désapprobations publicitaires sont des erreurs honnêtes, d’après mon expérience. Par exemple, un commerçant peut ne pas savoir qu’un article en stock est une substance non approuvée. De plus, les algorithmes de Google peuvent signaler à tort une annonce contenant, par exemple, les mots  » données hachées « . Pour ces raisons, les annonceurs peuvent faire appel des refus et demander des examens manuels.

Pour demander un examen d’annonce, cochez la case à côté d’une annonce et accédez à la navigation principale sous  » modifier « . Choisissez l’un des deux motifs d’appel et si l’appel concerne une seule annonce, toutes les annonces de la campagne ou toutes les annonces du compte.

Choisissez les motifs de l’appel et où l’appliquer.

Les annonceurs doivent créer des alertes personnalisées pour les annonces refusées. Google envoie des e-mails lorsque les annonces sont refusées, mais la configuration des notifications vous-même facilite une action rapide. Pour filtrer les annonces refusées. Ensuite, définissez un filtre pour État d’approbation de la stratégie > Refusé.

Vous verrez alors toutes les annonces refusées avec les raisons. Ce filtre affiche également les annonces approuvées de manière limitée ou en cours de révision.

Pour filtrer les annonces refusées.

Une deuxième alerte à configurer est le script des annonces refusées. Le script peut s’exécuter toutes les heures, en envoyant un e-mail contenant toutes les annonces refusées et leurs campagnes.

Recherche de perfectionnement

La nouvelle politique peut amener les annonceurs à devenir prudents et à éviter certains produits et messages. Mais ce n’est pas une raison pour ne pas tester et développer des campagnes. Tout refus peut faire l’objet d’un recours. Et un avertissement pourrait être un signal utile de ce qu’il ne faut pas faire.

Google appelle le nouveau système un  » pilote « . La société reconnaît vraisemblablement le risque de mettre en colère les annonceurs. Il n’est pas surprenant que les violations ne s’appliquent qu’aux contenus interdits, qui sont les plus faciles à appliquer, par exemple la publicité pour les produits du tabac.

Si son nouveau système réussit à réduire les annonces refusées, Google ajoutera probablement d’autres violations (au-delà du contenu), telles que l’abus du réseau publicitaire, la collecte de données inappropriée et d’autres pratiques interdites.

Le système suit les efforts de Google pour des expériences de recherche sûres et la confidentialité des utilisateurs. C’est la dernière étape dans le perfectionnement du moteur de recherche.

Tags: